Élevage et changements climatiques : le projet CaSSECS tient sa 2ème réunion annuelle à Bobo-Dioulasso

Le lundi 14 mars 2022, s’est ouvert dans la salle de réunion du Centre Muraz de Bobo-Dioulasso, de la réunion annuelle du projet CaSSECS. Placée sous la présidence du Directeur de l’Institut de l’Environnement et de Recherches Agricoles (INERA), la rencontre qui devra durer 4 jour, du 14 au 17 mars, regroupe une centaine d’acteurs du projet.

Avec pour objectif global de faire le point de l’état de mise en œuvre du projet à la date du 31 Décembre 2021, il s’agira spécifiquement de faire le point de la mise en œuvre des activités, tâches et manips prévus dans le projet. Plus concrètement, il s’agit pour les participants, aux dire du Dr Hamidou Traoré, Directeur de l’INERA, d’apprécier d’une part, le progrès réalisé par les différentes équipes et d’autres part, faire des recommandations et suggestions pour l’atteinte des objectifs du projet. Les travaux se dérouleront sous forme de tables-rondes en salle, avec des visites terrains sur les installations du projet.

« C’est un projet transversal qui peut aider les producteurs à aller dans la résilience face aux effets du changement climatique, qui est reconnu au niveau mondial », a laissé entendre le Dr Hamidou Traoré, avant d’ajouter que le changement climatique impacte les agriculteurs et éleveurs des pays sahéliens, d’où l’importance de ce projet CaSSECS. En effet, dans sa composante de coordination, dissémination, communication et suivi-évaluation, le projet CaSSECS prévoit l’organisation de trois réunions annuelles dans les trois pays où sont principalement localisées ses activités. En février 2021 déjà, le Sénégal avait accueilli la première réunion. L’organisation de cette deuxième incombe donc au Burkina Faso. Elle se tient sous la direction de l’INERA en collaboration avec le Centre International de Recherches-Développement sur l’Élevage en zone Subhumide (CIRDES), avec l’appui de la Coordination du projet basé au Sénégal et fait partie du processus de planification annuelle des activités du projet qui vise à améliorer le processus de séquestration du carbone.

Le Dr Hamidou Traoré, Directeur de l’INERA a présidé l’ouverture de cette réunion annuelle

Quelle résilience entre l’élevage et le bilan carbone et gaz à effet de serre ?

On le sait, les changements climatiques qui engendrent de nombreux effets néfastes sont devenus un phénomène que le commun du mortel n’arrive plus à maîtriser. Parallèlement, les populations pastorales dans le monde sont sans cesse croissantes. Selon le coordonnateur du projet CaSSECS, le Dr El Hadji Traoré, les ruminants sont considérés à tort ou à raison comme étant de grands pollueurs. Certaines sources estiment que les impacts de l’élevage sur l’environnement ne sont pas négligeables : érosion, mesure du recouvrement de la végétation, production de gaz à effet de serre, désertification, recouvrement du sol par la végétation, etc. Toujours est-il qu’il y a nécessité de faire le bilan carbone des systèmes d’élevage (agro)pastoraux. Cela passe nécessairement par l’élaboration de politiques d’élevage adaptées au Sahel afin de pouvoir mieux quantifier leurs impacts sur le changement climatique et pouvoir s’adapter. « Nous n’avons pas les moyens pour arrêter le changement climatique, mais nous avons les moyens et les connaissances pour nous adapter, être résilients et présents même si les choses changent », a souligné le coordonnateur.

Le Dr El Hadji Traoré coordonne le projet CaSSECS

Comment se passe l’évaluation du bilan carbone ?

Plus concrètement, des expérimentations sont disponibles sur les stations de la Direction Régionale de Recherches Environnementales et Agricoles de l’Ouest, Farako-Bâ et au CIRDES. Selon le Dr Nouhoun Zampaligré de l’INERA, point focal du projet CaSSECS au Burkina Faso, un dispositif de mesure de manière direct, des émissions de gaz à effet de serre, notamment le méthane et le gaz carbonique sur les ruminants de race locale sont disponibles. C’est une première en Afrique et cela grâce à l’appui du projet CaSSECS ainsi que d’autres partenaires, toujours aux dires du point focal. Un dispositif dont l’importance n’est plus à démontrer. En effet, il permettra d’avoir à quelques détails près, la quantité de gaz émise en fonction des ressources alimentaires des animaux. « Et sur la base de ces données, nous allons développer des stratégies pour diminuer les émissions dans le système d’élevage », a dit le Dr Nouhoun Zampaligré.

Il faut le souligner, dans le deuxième volet, les essais se feront en milieu paysan. Il s’agira d’aller vers les producteurs/éleveurs, afin de se frotter avec leurs pratiques paysannes afin de les comprendre avant de leur proposer des pratiques beaucoup plus enclins à diminuer les effets de changement climatique sur les productions et d’améliorer leurs systèmes de production.

Le Dr Nouhoun Zampaligré est le point focal du projet CaSSECS au Burkina Faso

Un consortium de plusieurs partenaires pour la mise en œuvre !

Le projet Séquestration de carbone et émissions de gaz à effet de serre dans les écosystèmes (agro) sylvopastoraux des états Sahéliens du CILSS (CaSSECS) est Financé par l’Union Européenne dans le cadre de l’initiative DeSIRA pour quatre ans (2020-2023). C’est un projet de recherche-action en partenariat qui vise à améliorer l’évaluation du bilan carbone des écosystèmes agrosylvopastoraux sahéliens afin de mieux quantifier leurs impacts sur le changement climatique.

Pour sa  mise  en  œuvre, un  consortium  constitué  de  dix -huit  partenaires est sollicité. Il s’agit du demandeur  principal qui est  l’Institut  Sénégalais  de  Recherches  Agricoles  (ISRA),  neuf  codemandeurs  que sont  le  Centre  de  Coopération  Internationale  en  Recherche  Agronomique  pour  le  Développement (CIRAD),  le  Centre  de  Suivi  Écologique  (CSE),  l’Université  Cheikh  Anta  Diop  de  Dakar  (UCAD),  le Centre Régional AGRHYMET, le Centre International de Recherche-Développement sur l’Élevage en zone Subhumide (CIRDES), l’Institut de l’Environnement et de Recherches Agricoles (INERA), l’Institut de  Recherche  pour  le  Développement  (IRD),  l’Université  de  Copenhague  (UCPH),  l’Université catholique  de  Louvain  (UCL)  et  huit  associés  que  sont  respectivement  la  Direction  de  l’Élevage  du Ministère de l’Élevage et des Productions Animales du Sénégal,  l’Association pour la Promotion de l’Élevage  au  Sahel  et  en  Savane  (APESS),  l’Institut  National  de  Recherche  pour  l’Agriculture, l’Alimentation  et  l’Environnement  (INRAE),  l’Organisation  des  Nations  unies  pour  l’alimentation  et l’agriculture  (FAO),  le  Réseau  de Communication  sur  le  Pastoralisme  Antenne  de  l’Ouest  (RECOPA-Ouest),  l’Université  Toulouse  III  –  Paul  Sabatier,  le  Centre  National  de  la  Recherche  Scientifique (CNRS) et le Département de géographie physique et de science des écosystèmes de l’Université de Lund. Le projet a un budget global de 5 millions d’euro pour une durée de 4 ans, de 2020 à 2023.

Flavienne Valérie SAWADOGO

 113 vues

  • %d blogueurs aiment cette page :