Alimentation animale : 60 jeunes bénéficient d’une formation en technologies de valorisation des sous-produits de mangues

« Bâtir une startup rentable en alimentation animale par laValorisation des sous-produits de la mangue en aliments pour animaux », c’est sous ce thème que s’est tenue la session de formation d’une soixantaine de jeunes entrepreneurs agricoles. C’était, du 12 au 14 mars 2024 dernier, à Bobo-Dioulasso, sous la présidence du Directeur Régional de Recherches Environnementales et Agricoles de l’Ouest, le Dr Aimé Omer Sacamba HEMA.

Ils étaient nombreux ces jeunes du Burkina mais aussi des autres pays d’Afrique de l’Ouest, à répondre à l’appel de la coordination du Centre Régional d’Excellence en Fruits et Légumes (CRE-FL) pour se faire former sur la technologie de production d’aliments à base des sous-produits de mangue. Placée sous le thème « Bâtir une startup rentable en alimentation animale par la valorisation des sous-produits de la mangue en aliments pour animaux », la formation s’est tenue du 12 au 14 mars 2024. Elle avait pour objectif, de renforcer les capacités d’au moins 60 jeunes entrepreneurs dont 30% de femmes sur la technologie innovante et les pratiques de l’agriculture intelligente face au climat, aux dires du coordonnateur de ce centre, le DR Vianney Tarpaga. « Les résultats issus des recherches sont partagés avec vous, jeunes, afin que vous puissiez les mettre en valeur pour faire des profits et pour être utile à la nation », a laissé entendre le Dr Vianney Tarpaga.

Cette session, selon les organisateurs, n’est pas la première du genre. Elle fait suite à celles de 2018 et de 2022 centrées principalement sur l’agroalimentaire ainsi que celle de 2023, sur la même thématique de la transformation et la valorisation des sous-produits de la mangue. Et comme les précédentes, l’engouement n’était plus à démontrer, preuve que les participants constituent une main-d’œuvre importante et sur qui, l’espoir de l’autosuffisance alimentaire devra être porté. C’est pourquoi, le président de la cérémonie, le Dr Omer Aimé Sakamba Hema, a demandé à ces derniers, de suivre avec assiduité afin de ne pas avoir de regret par la suite. « Il va s’agir d’aller en fait, apprendre à valoriser les sous-produits de la mangue, cela va vous permettre demain d’être de bons entrepreneurs », a souligné le Dr Omer Aimé Sakamba Hema. A en croire ce dernier, cette formation va en droite ligne avec l’initiative présidentielle pour la sécurité alimentaire.

Un apprentissage aussi bien théorique que pratique…

La session de formation a duré trois jours. Elle a permis à ces apprenants d’un jour, de connaître d’abord théoriquement le CRE-FL ainsi que le contexte de la formation. Ensuite, il a été question de la pratique de production manuelle et semi-mécanisée d’aliments à base de sous produits de la mangue. Et pour joindre l’utile à l’agréable, la soixantaine de participants s’est déporté à l’atelier du centre afin de toucher du doigt les leçons apprises. Une occasion pour ces deniers de composer eux-mêmes des aliments pour animaux. Ils n’ont pas manqué d’exprimer leur satisfaction aux formateurs. Pour M. Armel Léonce Tamini, « l’initiative est salutaire ». À l’en croire, cela va lui permettre d’être financièrement indépendant en mettant en application ce qu’il a appris au cours de ces trois jours. « Cette formation est à pérenniser, car elle permet d’avoir une source de revenus. Je vais mettre en pratique la technologie », a-t-il-souligné. Même son de cloche du côté des autres participants qui repartent chez eux, munis d’une attestation chacun.

Les participants apprécient…

Mme Somé/Zouré Myriam, responsable d’une unité de transformation de fruits et légumes: “Dans la transformation de mangue je me retrouve avec d’énormes déchets et je suis obligée de payer pour leurs évacuations. Cette opportunité me permettra de diminuer les coûts et par la même occasion, de valoriser ces déchets”.

Ali Sora, entrepreneur agricole : “Avant on minimisait les résidus de mangue. Cette formation nous a permis de voir cela autrement. Désormais elle ne sera plus un objet de pollution dans notre environnement car nous savons quoi en faire”.

Dagbe Anne Marie Judith, sociologue de formation et jeune entrepreneure agricole : “Grâce à cette formation, j’ai découvert que la mangue est une mine d’or. Rien ne se perd dans la mangue. Je crois pouvoir me lancer dans la formulation d’aliments à base de résidus de mangues en partenariat avec les unités de transformation”.

En rappel, cette session de formation est une initiative du Centre Régional d’Excellence en Fruits et Légumes, avec l’accompagnement du Conseil Ouest et centre africain pour la recherche et le développement Agricoles (CORAF). Elle est financé par la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Sié Palenfo

Commenter