UNION DES ÉTUVEUSES DE MANGODARA UNE DÉCORTIQUEUSE POUR UNE MEILLEURE PRODUCTIVITÉ DANS L’ÉTUVAGE

La décortiqueuse nouvellement reçue par les femmes de l’Union des décortiqueuses de Mangodara  !

La Direction Régionale de Recherches Environnementales et Agricoles de l’Ouest, en collaboration avec AfricaRice, représentée par le Dr Karim Traoré et de Monsieur Samba Bâ, a effectué ce vendredi 27 avril 2018, une visite à l’Union des décortiqueuses de Mangodara dans la Région des Cascades, sous la présence effective du Directeur Régional, le Dr Ibrahima Ouédraogo.

« Cette visite a pour but  de constater que la décortiqueuse reçue par l’union des étuveuses de Mangodara est à la hauteur de leurs attentes, et la leur remettre officiellement », aux dires du Dr Ibrahima Ouédraogo. Le Dr Karim Traoré va plus loin en s’adressant aux bénéficiaires : « Nous ne sommes pas venus pour vous surveiller, mais pour voir comment le travail s’améliore maintenant ».

En effet, l’acquisition de cette nouvelle décortiqueuse survient après une enquête menée auprès de trois groupements d’étuveuses notamment celles de Banfora, de Karfiguéla et de Mangodara. C’est cette dernière qui a donc été retenu et cela pour son dynamisme afin de bénéficier de ce bijou offert par AfricaRice, avec le soutien financier de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine, UEMOA, dans son volet Politique Agricole de l’Union, PAU qui oeuvre dans le renforcement du secteur rizicole dans la zone Ouest Africaine. 
Et Mme Ouattara Delphine, de l’INERA, qui travaille dans le poste-récolte du riz, l’a exprimé en ces termes « malgré l’état de la route, l’union des étuveuses de Mangodara s’est démarquée du lot ». Quoi de plus normal pour que l’équipe se déplace pour voir de plus près les efforts de ces dynamiques femmes !

Pourtant, malgré cette détermination manifeste, force est de reconnaître que de ces femmes rencontrent des difficultés dans la pratique de leurs activités quotidiennes.  En effet, en plus de l’inaccessibilité de la localité qui freine l’élan du marché, l’accès à l’eau est un handicap certain pour ces étuveuses. « Nous sommes obligé de nous réveiller à 3heures du matin tous les jours pour avoir un peu d’eau. Parfois même on n’en gagne pas », a dit Madame Touma/Kindo Fatoumata, présidente de l’union. Il faut le reconnaître, l’eau est une denrée très importante pour l’homme. Elle n’en est pas moins pour ses activités quotidiennes, surtout dans le travail d’étuvage. C’est pourquoi le Directeur Régional de l’INERA/Ouest a promis à ces femmes de chercher auprès des partenaires, la possibilité d’avoir un forage et un centre d’étuvage pour l’union.

En attendant, Madame Touma et toutes les autres femmes de l’union se réjouissent déjà de la décortiqueuse dont elles viennent de bénéficier et qui viendra à coup sûre améliorer leur travail et booster leur productivité.
Photo de groupe avec l’Union des décortiqueuses de Mangodara !

 373 vues

Flavie

Journaliste/Blogueuse, PDG de Jolina's Com, structure de communication/événementiel, Directrice de Publication du Miroir de l'Info. Chargée de la Communication au sein de la Direction Régionale de Recherches Environnementales et Agricoles de l'Ouest, Burkina Faso, Bobo-Dioulasso. Directrice Artistique du Festival de Musiques et Danses Africaines (FEBAANOU)

Voir tous les articles de Flavie →