Quatre élèves et un enseignant tués au Cameroun

Au moins quatre élèves et un enseignant ont été tués par des hommes armés non identifiés, dans le département de Ndian, région du Sud-Ouest camerounais plongée dans une profonde crise dite anglophone, qui a coûté la vie à plusieurs centaines de citoyens de ce pays d’Afrique Centrale.

Nouveau bain de sang, fruit de la crise anglophone qui secoue le Cameroun. Au moins quatre élèves et un enseignant ont perdu la vie à la suite d’une attaque menée par des hommes armés non identifiés, dans le département de Ndian, région du Sud-Ouest camerounais en proie à une profonde crise anglophone, qui a emporté beaucoup de citoyens.

Selon le récit fait par le maire Kenneth Ene Nanji, qui s’est confié à Anadolu, « des attaques sanglantes ont été perpétrés, mercredi, par des hommes armés non identifiés, contre trois établissements scolaires, dans la localité d’Ekondo Titi ». Cette attaque, qui a eu lieu dans le département de Ndian, région du Sud-Ouest camerounais, a été confirmée par un défenseur des droits humains.

« Au moins quatre élèves et un enseignant ont été tués et plusieurs autres blessés… Les hommes armés ont également fait usage d’engins explosifs dans ces attaques », a détaillé Nkongho Felix Agbor Balla, avocat en droits humains par ailleurs vice-président du Barreau africain pour l’Afrique Centrale. Si l’attaque n’a toujours pas été revendiquée, les autorités camerounaises pointent les séparatistes armés, qui, depuis 2017, avaient appelé à un boycott de l’éducation, notamment dans les régions anglophones.

La crise anglophone rend la vie difficile aux populations de cette région du Cameroun, sans épargner les soldats. Dans la nuit du dimanche au lundi 13 septembre, le Nord-Ouest du Cameroun a été la cible d’attaques qui ont visé les forces armées, dans la zone Kumbo. L’assaut attribué aux séparatistes anglophones, avait coûté la vie à « sept militaires », avait confié le gouverneur de la région, Adolphe Lélé Lafrique.

« Des séparatistes terroristes ont attaqué simultanément trois postes militaires dans la région du Nord-Ouest. Il s’agit notamment des localités de Nkambe, Noni et Ndu », avait poursuivi le gouverneur.

Voir la Source

 206 vues

Flavie

Journaliste/Blogueuse, PDG de Jolina's Com, structure de communication/événementiel, Directrice de Publication du Miroir de l'Info. Chargée de la Communication au sein de la Direction Régionale de Recherches Environnementales et Agricoles de l'Ouest, Burkina Faso, Bobo-Dioulasso. Directrice Artistique du Festival de Musiques et Danses Africaines (FEBAANOU)

Voir tous les articles de Flavie →