Promotion de la musique : un cadre d’échange entre artistes et organes de presse

Le vendredi 12 novembre 2021 est intervenu le lancement de la campagne de communication sur les opportunités de diffusion et de promotion de la musique dans les Hauts-Bassins. Placée sous le parrainage de Mr Thierry Millogo, homme de culture, et la présence effective du 4ème adjoint au maire de commune de Bobo-Dioulasso, Mr Alain Sanou, cette activité s’est tenue aux Bambous de Bobo-Dioulasso.

Subventionné par le Fond de Développement Culturel et Touristique (FDCT) avec l’accompagnement de l’Union Européenne (UE), le projet lancé concerne les artistes et les entrepreneurs culturelle des Hauts-Bassins. Concocté par Silures Production, l’idée du projet n’est pas fortuite. En effet, le promoteur est parti d’un constat, que les artistes de Bobo sont très mal vu d’une certaine façon dans nos médias. La diffusion de leurs ouvres souffre de visibilité sur ces médias. Parallèlement, certains artistes n’ayant pas la bonne information sur les procédures de dépôt des œuvres dans les organes de médias, peuvent souvent penser à tord que les portes de ces médias leurs sont fermés.  Il était donc intéressant de créer un cadre d’échange entre les patrons des médias et les artistes. D’où la nécessité de cette réunion pour clarifier certaines choses à l’endroit des artistes.

Le présidium de la conférence

« C’est un projet innovant pour la ville de Bobo-Dioulasso qui se veut une capitale culturelle. C’est pourquoi, la mairie verra dans quel sens l’accompagner », a dit le 4ème adjoint au maire de Commune de Bobo-Dioulasso. Ce n’est un secret pour personne, le domaine de la culture, spécialement de la musique dans la région des Hauts-Bassins possède d’énormes potentialités qui ne sont malheureusement pas très connues. Pour le porteur du projet, PDG de Silures Production, Yacouba Kassamba, alias « Kass », bien connu d’ailleurs dans le milieu culturel, l’idée c’est que les productions des artistes Bobolais ne restent pas à Bobo. « Nous avons de bons artistes ici qui peuvent être des stars même sur le plan international », a-t-il laissé entendre. Pour cela, il faut également que les arrangeurs et les managers soient formés, notamment dans le mastering et la promotion. Ce projet prendra également ce volet en compte.

Le PDG de Silures Production, porteur du projet

Comme l’a si bien dit le parrain, Mr Thierry Millogo, pour qu’une entreprise marche il y 3 choses : les ressources humaines, l’innovation et la créativité. Le domaine musical étant une entreprise, il n’est pas en reste. « Très souvent des artistes de la région nous interpelle pour intervenir afin de faire passer des clips à la télé », a fait savoir le parrain. Mais il ne s’arrête pas là. Il ajoutera que nos artistes ne sont pas connus à Ouaga. Cela s’explique, selon lui, par le fait que le travail de promotion n’est pas bien fait. « Il faut décloisonner le travail de nos artistes, et Silures Production a toujours de belles idées », a-t-il martelé.

En tout état de fait, ce projet viendra aider les promoteurs culturels, les artistes, les arrangeurs, les mangers, etc., à travailler pour que nos artistes puissent trouver des tribunes d’expression à Ouagadougou et à l’international.

Pour l’occasion, les représentants des médias partenaires que sont la Radio Télévision Nationale du Burkina (RTB), Savane Média et BF1 ont fait des communications, levant ainsi le voile sur procédures de diffusion des œuvres musicales. D’autres villes de la région seront également parcouru par l’équipe dans les jours à venir.

Mohamed Isaac

 517 vues

Flavie

Journaliste/Blogueuse, PDG de Jolina's Com, structure de communication/événementiel, Directrice de Publication du Miroir de l'Info. Chargée de la Communication au sein de la Direction Régionale de Recherches Environnementales et Agricoles de l'Ouest, Burkina Faso, Bobo-Dioulasso. Directrice Artistique du Festival de Musiques et Danses Africaines (FEBAANOU)

Voir tous les articles de Flavie →