Production de Plants sains de bananiers : Le PDI-PSAB forme une quarantaine de personnes

La session de formation sur les techniques de production in vivo de plants sains de bananier et les méthodes de gestion des bioagresseurs qui s’est tenu du 10 au 14 mars 2020, a concerné une quarantaine de participants composés de pépiniéristes et producteurs membres de la Table Filière Banane (TBF) des régions des Hauts-Bassins, de la Boucle du Mouhoun, du Sud-ouest et de l’Est, d’agents d’agriculture et de techniciens de l’Institut de l’Environnement et de Recherches Agricoles (INERA). C’était sous la présidence du Directeur Régional de Recherches Environnementales et Agricoles de l’Ouest (DRREA-O), M. Vincent Dao.
Cet atelier qui entre dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Production et Diffusion Participatives de Plants Sains de Bananiers par des techniques innovantes (PDI-PSAB) », financé par le Fond National de la Recherche et de l’Innovation pour le Développement (FONRID), est une première du genre depuis le lancement du projet en 2018.
Le PDI-PSAB est coordonné par le Dr Drissa SEREME de l’Institut de l’Environnement et de Recherches Agricoles. « Il permettra à terme, de relancer la filière banane au regard de l’importance de la culture qui n’est plus à démontrer du point de vue de sa contribution dans l’alimentation, la nutrition, mais également dans l’amélioration des revenus des producteurs et de toute la communauté », a dit le coordonnateur.
Cette session a connu la participation de DrSiaka TRAORE, chercheur phytopathologiste au Centre National de Recherche Agronomique (CNRA) Côte d’Ivoire et responsable de la production de vivo-plants de bananiers. Pour ce dernier, pour avoir des plants sains, il faut avoir des souches saines. « Si votre souche mère est virosée, votre plante sera virosé », a-t-il lancé. D’où l’importance de cet atelier qui s’est déroulé en deux phases : une phase théorique sur les bonnes pratiques de production et de gestion des nuisibles du bananier et une phase pratique sur les techniques de production des vivo plants respectivement par les techniques de Plants issus de Fragment de tige (PIF) et Multiplication sur Souches Décortiquées (MSD). Cette dernière a connu la participation d’une équipe pluridisciplinaire, composée de spécialistes en virologie, en bactériologie, en mycologie, en nématologie et en entomologie.
« Contrairement aux autres techniques de production de plants sains telle que la culture in vitro, les vivo-méthodes qui ont été enseignés aux participants se caractérisent par un faible coût de production et ne nécessitent pas d’infrastructures complexes, spécifiques. Ils sont facilement réalisables par tout producteur formé car ne demandant pas une grande technicité » à expliquer Dr SEREME.
Tout comme le formateur, le Dr Siaka TRAORE, le Dr Drissa SEREME estime que face à cette menace des bioagresseurs qui réduit considérablement la production, il est nécessaire d’utiliser des plants sains. « Cet atelier permettra donc de valoriser les résultats de recherche engrangés par le PDI-PSAB auprès des acteurs », a-t-il laissé entendre.
Pour le représentant des producteurs, Mr Inoussa KABRE, c’est une initiative à saluer à sa juste valeur.  « Elle nous permettra de maitriser les bonnes techniques de production de la banane. Avant, on utilisait des rejets issus de vieux plants infectés par des maladies », a dit Mr KABRE.
Les acquis de cette formation feront l’objet de partage avec les producteurs n’ayant pas participés afin qu’ils puissent améliorer leur production.
Aperçu sur la filière banane au Burkina Faso
En rappel, la filière banane contribue à lutter contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle et le chômage. En guise d’exemple, de 2007 à 2019, la production de banane est passée de 13 000 tonnes à 140 000 tonnes avec respectivement un chiffre d’affaires de 1,68 milliards à plus de 40 milliards de FCFA selon la TBF. Malheureusement, cette culture est sujette à une diversité de bioagresseurs dont les nématodes, les champignons, les bactéries, les virus et les insectes ravageurs, qui lui causent des dégâts allant de 20% à la destruction totale de la bananeraie. En effet, la production actuelle de banane au Burkina Faso est assurée par des rejets et/ou plants issus des pieds de bananier introduits depuis 1976 et par des introductions de plants par des producteurs à partir des pays voisins. Cet état de fait ne fait que propager les pathogènes d’année en année dans les bananeraies avec pour conséquence la baisse drastique des rendements.
C’est pour trouver une alternative que le projet « Production et Diffusion Participatives de Plants Sains de Bananiers par des techniques innovantes », (PDI-PSAB) a été initié.  Avec pour objectif d’améliorer la productivité de la banane au Burkina Faso à travers la production et l’utilisation de plants sains. Il vise à introduire du matériel végétal sain issu de la culture in vitroà partir desquels des vivo plants seront produits en masse et diffusés dans les principales zones de production. 
Quelques temps forts 
Nous suivre aussi sur Facebook, Twitter et YouTube

Flavie

Journaliste/Blogueuse, PDG de Jolina's Com, structure de communication/événementiel, Directrice de Publication du Miroir de l'Info. Chargée de la Communication au sein de la Direction Régionale de Recherches Environnementales et Agricoles de l'Ouest, Burkina Faso, Bobo-Dioulasso. Directrice Artistique du Festival de Musiques et Danses Africaines (FEBAANOU)

Voir tous les articles de Flavie →