Production de grains de maïs hybride : Les capacités des producteurs-formateurs endogènes renforcées

Renforcer les capacités techniques et opérationnelles des producteurs formateurs endogènes sur l’itinéraire technique de production d’hybrides de Maïs et les bonnes pratiques agricoles, c’est l’objectif visé par la session de formation qui s’est tenue du 29 Août au 1er Septembre 2020 dernier, au sein de la Direction Régionale de l’Agriculture et des Aménagements Hydro-Agricoles (DRRAH) des Hauts-Bassins.

Placée sous la présidence du Directeur Régional de l’Agriculture et des Aménagements Hydro-Agricoles, Mr Julien Ouédraogo, cette session était facilitée par la société Semences Africaines Fortes (SEMAFORT). Elle intervient dans le cadre du projet de développement de semences à haut rendement dans la région des Hauts-Bassins. Sous le financement du Programme de Croissance Économique dans le Secteur Agricole (PCESA) à travers sa composante A-Projet 04_05 et géré par le cabinet d’Ingénierie et de Conseil en Développement d’Entreprises (ICDE), elle a regroupé une quarantaine de participants, venus de la Boucle du Mouhoun, du Centre-Ouest, du Sud-Ouest et des Hauts-Bassins.

Pendant 4 jours, une batterie de formateurs (Experts) composée d’une équipe pluridisciplinaire s’est succédée afin de prodiguer aux participants, des leçons sur les meilleurs itinéraires techniques de production d’hybrides de maïs grains. Ainsi, de la caractérisation et la connaissance des hybrides de maïs à la lutte contre les adventices, les maladies bactériennes, les insectes nuisibles en passant par l’agronomie et les itinéraires techniques de production , la récolte et le poste récolte tous les aspects pour les Bonnes Pratiques Agricoles (BPA) ont été passé en revue.

En plus des cours théoriques, la pratique était aussi une étape de cette session de formation. Des visites de laboratoire effectuées on peut citer celle d’entomologie avec une présentation de certains ravageurs du maïs tel que la chenille légionnaire d’automne. Au laboratoire de phytopathologie, il a surtout été question des aflatoxines qui sont également un ennemi du maïs. Et pour accompagner les producteurs formateurs dans la fertilisation du champ, une séance pratique sur le site de production de compost a été le clou des phases pratiques. 

Ces apprenants de circonstance ont ainsi eu tous les ingrédients nécessaires pour qu’au sortir de cette session, ils puissent i) être mieux outillé sur les différentes étapes de la production de variétés d’hybrides de maïs ; ii) être outillé sur les doses et périodes d’apport des fertilisants ainsi que les principales maladies et ennemis du maïs, les dégât causés et les méthodes de lutte préconisées ; iii) accélérer l’adoption en milieu paysan des nouvelles variétés de maïs ; iv) s’impliquer de façons active dans le système de transfert de technologies ; v) développer et produire des documents de suivi de production pour les producteurs et vi) amener les producteurs à mettre en place un plan d’action opérationnel.

Pour rappel, le maïs est l’un des produits céréaliers le plus cultivé et le plus consommé au Burkina Faso. C’est également la deuxième filière porteuse du pays juste après le coton selon les études du Programme de Croissance Économique dans le Secteur Agricole.

La Boucle du Mouhoun (193 857 tonnes), les Hauts-Bassins (613 587 tonnes en 2017/18), les Cascades (156 792 tonnes) et le Centre-Ouest (145 303) sont les principales régions de production. Les autres régions ont eu une production inférieure à 100 000 tonnes durant la campagne écoulée.

Toutefois, l’arbre ne doit pas cacher la forêt. En effet, malgré les progrès réalisés au cours des dernières années, la sécurité alimentaire est loin d’être une réalité au Burkina Faso. Une faible productivité est perceptible. Cela est dû à plusieurs facteurs défavorables dont l’insuffisance de formation des ressources humaines et l’inaccessibilité des variétés améliorées d’hybrides par les producteurs.

C’est dans cette optique que la SEMAFORT, en collaboration avec l’INERA à fait introduire des variétés de maïs hybrides à haut potentiel de rendement. Pour amener les acteurs de la filière à mieux connaitre ces variétés, il était nécessaire de former les producteurs formateurs endogènes sur les Bonnes Pratiques Agricoles (BPA) en matière de production de grains d’hybride de maïs.

La quarantaine de participants ainsi formés est mieux outillés pour produire des grains de maïs de bonne qualité et en quantité.

 

Pratique du compostage

Pratique du compostage
Pratique du compostage
Visite de labo

Remise symbolique d'attestation de participation

 

 277 vues

Flavie

Journaliste/Blogueuse, PDG de Jolina's Com, structure de communication/événementiel, Directrice de Publication du Miroir de l'Info. Chargée de la Communication au sein de la Direction Régionale de Recherches Environnementales et Agricoles de l'Ouest, Burkina Faso, Bobo-Dioulasso. Directrice Artistique du Festival de Musiques et Danses Africaines (FEBAANOU)

Voir tous les articles de Flavie →