Prévention et récupération des arbres desséchés : Le projet FONRID/Citrus au secours des anacardiers et des agrumes

Le projet « Gestion intégrée et participative du dépérissement des anacardiers et des agrumes  au Burkina Faso : Technologie de prévention et de récupération des arbres partiellement desséchés » a été lancé le jeudi 31 mars 2022 dans la salle de réunion du laboratoire de protection des végétaux, ex PV de la Direction Régionale de Recherches Environnementales et Agricoles de l’Ouest, DRREA-O.

Placé sous la présidence du Directeur Régional, Mr Vincent Dao, cet atelier avait pour objectif non seulement de lancer officiellement le projet FONRID/Citrus, mais également de le présenter ainsi que le Plan de Travail, Budget Annuel (PTBA) 2022 aux participants.

Les participants ont posé pour la photo de groupe !

En effet, dans notre pays, le Burkina Faso, les cultures fruitières occupent une place importante parmi les filières agricoles.

Sur le marché de l’emploi, environ 45 076 ménages tirent leur revenu de la filière. Les vergers d’anacardiers occupent 255 000 ha soient 70,2% de la superficie fruitière nationale. Parallèlement, les agrumes  figurent  parmi les trois principales cultures fruitières.

Que ce soit pour l’anacarde ou les agrumes, les avantages qui ne sont plus à démontrer sont nombreux.  Outre, les avantages économiques,  ces arbres fruitiers jouent un important rôle dans la lutte contre la désertification.

Malheureusement, malgré ces avantages, force est de reconnaître que les  cultures  fruitières  sont  confrontées  à  d’énormes  difficultés  phytosanitaires  dont  le dessèchement des arbres. L’incidence de cette maladie varie entre 42 à 86 % selon le coordonnateur du projet, le Dr Oumarou Z. Dianda« Le  dessèchement  des  arbres  fruitiers  causé  principalement  par  Lasiodiplodia theobromae et des facteurs abiotiques (stress hydriques, fortes températures, pauvreté des sols et les mauvaises pratiques agricoles) a été décrit à travers le monde », a-t-il fait comprendre. Des études avaient préalablement été mené dans le cadre du dépérissement du manguier. Elles avaient eu des résultats forts intéressants qui avaient suscités l’adhésion des producteurs de mangues. C’est pourquoi, il est important, dans le cadre des agrumes et de l’anacardier attaqués, d’explorer également des pistes de solutions à travers un bon diagnostic ainsi que des essais de méthodes de lutte.

Le présent projet, « Gestion intégrée et participative du dépérissement des anacardiers et des agrumes au Burkina Faso : efficacité des technologies de prévention et de récupération des arbres partiellement desséchés » vise à contribuer à la restauration et à la protection des anacardiers et des agrumes dans les écosystèmes horticoles dans un contexte de changement climatique à travers de méthodes résilientes de gestion du dessèchement des arbres au Burkina Faso.  Son financement a été acquis dans le cadre du 8ème appel à projet du Fonds National de la Recherche et de l’Innovation (FONRID). Coordonné par l’Institut de l’Environnement et de Recherches agricoles (INERA), le projet sera mis en œuvre en étroite collaboration avec la Direction de la Protection des Végétaux et du Conditionnement (DPVC) ainsi que la Fédération Nationale des Producteurs d’Anacardes du Burkina (FENAPAB).

En termes d’activités, les acteurs devront identifier les champignons pathogènes responsables du dépérissement des anacardiers et des agrumes, évaluer de façon participative l’efficacité des technologies de prévention du dépérissement des anacardiers et des agrumes à travers l’utilisation des biofertilisants et des bonnes pratiques agricoles, renforcer les capacités des producteurs et des agents techniques d’agriculture sur les technologies efficaces de prévention et de récupération générées. Des activités qui seront exécutées dans 2 provinces notamment le Kénédougou et la Comoé, à raison de 4 localités par province. Elles s’étaleront sur 36 mois, avec un budget de 29.882.800 FCFA.

 81 vues

  • Commenter

    %d blogueurs aiment cette page :