Nouvelles technologies rizicoles : AWD et Smart Valley enseignées aux formateurs

Les technologies de Gestion Intégrée de L’eau par Intermittence (AWD) et Smart Valley ont fait l’objet d’une formation respectivement du 15 au 16 et du 17 au 18 juin 2020 au Centre de recherches environnementales, agricoles et de formation(CREAF) de Kamboinsè. C’était au profit, pour AWD, d’une dizaine de producteurs leaders dans leurs zones respectives et pour Smart Valley, d’agents d’Agriculture.

En ce qui concerne la technologie AWD, l’objectif était de faire avec ces producteurs, une restitution des tests de démonstration faits deux ans auparavant, sur quatre campagnes notamment les campagnes sèches et humides et les former afin qu’ils puissent à leurs tours former d’autres producteurs. 
En rappel, plus de deux cent (200) producteurs, de quatre (4) plaines rizicoles telles que Bama, Di, Karfiguéla et Zoungou, avaient participé à ces tests sur la technologie AWD.
AWD est une technologie qui permet, avec peu d’eau, de semer le riz avec à la clé, un bon rendement. « Utilisée pour les périmètres irrigués, AWD utilise moins d’eau pour produire du riz », a dit l’un des formateurs, Mr Jean-Martial Johnson. 
AWD pour faciliter la rétention de l’eau
Pour ce qui est de Smart Valley, les agents d’agriculture venus à l’école de cette technologie se chargeront également de former les producteurs dans leurs ZAT respectives. Cette technologie est une approche de développement de bas-fonds pour des systèmes de production rizicole en Afrique sub-saharienne, basée sur une démarche participative, durable et à faible coût.
Smart Valley pour une meilleure gestion de l’eau
AWD et Smart Valley pour pallier au problème d’irrigation
En effet, le Burkina Faso, à l’instar de la plupart des pays du sahel est confronté à un sérieux problème d’irrigation. Cela est dû à plusieurs facteurs que nous ne maîtrisons pas forcement. Il s’agit entre autres, des changements climatiques, de l’accroissement démographique, de l’irrégularité des pluies, etc. Cela entraine naturellement des problèmes liés à la baisse des quantités d’eau au niveau des ouvrages retenus mais aussi de pénurie d’eau au niveau des périmètres irrigués. 
Le riz, troisième céréale produite au monde et quatrième au Burkina Faso, figure parmi nos aliments de base.
Sa production mondiale en 2016 était de 755,1 millions de tonnes (FAO, 2018).
Dans notre pays, laccroissement de la production de riz était de 195 102 à 350 392 tonnes entre 2008 et 2018 (INSD, 2019). Il couvre 45% des besoins en consommation des populations. La riziculture irriguée utilise 34 à 43% de l’eau totale d’irrigation (Bouman et al., 2007) et les techniques conventionnelles de culture entraînent une pertes considérables d’eau. C’est pourquoi, l’amélioration de la gestion de l’eau est un préalable pour améliorer la production durable de cette denrée.
Il faut donc agir pour permettre au secteur rizicole de s’épanouir. Les technologies AWD et Smart Valley sont une solution alternative. Elles pourront soulager un tant soit peu, les producteurs.
L’utilisation de AWD qui a pour but d’améliorer la production du riz dans les plaines irriguées, permet d’avoir une économie d’eau de 30% avec un rendement moyen de 4,9 tonnes à l’hectare. « Plus spécifiquement, on peut facilement avoir une productivité de 5,01 tonnes à l’hectare contrairement à la pratique paysanne qui fait 4,9 tonnes à l’hectare », aux dires du Dr Bama Nati Aïssata Delphine, coordonnatrice du projet TAAT/IWMI/Burkina.
Quant à l’approche Smart Valley, elle permet d’améliorer la production durable du riz dans les bas-fonds. « C’est une méthode d’aménagement simple et facile à reproduire », à en croire le formateur Mr Félix k. Kouenia, ingénieur d’agriculture.
Au regard de tout cela, la formation pour l’utilisation de ces technologies est une nécessité pour que les producteurs puissent les adopter. 
Les participants ont reçus chacun une attestation de formation !
Plus d’images/vidéos ici

Flavie

Journaliste/Blogueuse, PDG de Jolina's Com, structure de communication/événementiel, Directrice de Publication du Miroir de l'Info. Chargée de la Communication au sein de la Direction Régionale de Recherches Environnementales et Agricoles de l'Ouest, Burkina Faso, Bobo-Dioulasso. Directrice Artistique du Festival de Musiques et Danses Africaines (FEBAANOU)

Voir tous les articles de Flavie →