Mouches des fruits : La lutte Biologique pour éradiquer le fléau

Le sol couvert de fruits dégoulinants. À l’intérieur, des asticots qui grouillent. Les mangues pleurent… C’est le constat choquant qu’il est donné de voir dans la majorité des vergers de mangues de par le pays. Du Kénédougou au Sanguié, en passant par la Comoé, le Houet, etc., les mouches des fruits ont envahi toutes les zones de production de mangue au Burkina Faso.
Pourtant, en Afrique de l’Ouest, environ 1,5 million de tonnes de mangues sont produites chaque année. Cela représente approximativement 4% de la production mondiale. Celles produites et exportées depuis le Burkina Faso sont essentiellement les variétés « Kent », « Amélie », « Brooks », « Keitt », « Valencia », « Lippens », et « Springfels ».  En termes de demande, la « Kent » se classe au premier rang des exportations particulièrement vers le marché européen. Il faut dire que le secteur est une source importante de revenus pour les pays producteurs.
La variété « Brooks », qui est tardive permet de fournir dans le temps de la mangue encore fraîche aux consommateurs. Malheureusement, c’est la variété la plus vulnérable aux mouches des fruits.
Ces mouches peuvent provoquer une perte de productivité des vergers de mangues de plus 80% voire 100% si rien n’est fait Ouédraogo (2011). Les espèces les plus connues sont essentiellement Bactrocera dorsalis et Ceratitiscosyra. Toutefois, c’est l’espèce Bactrocera dorsalis qui est la plus dangereuse pour le manguier.  C’est une espèce polyphasée qui s’attaque à plus d’une trentaine d’espèces fruitières (Vayssières et al., 2009). Même si, les pertes économiques dues à l’attaque des mouches de fruits sont difficiles à estimer (Tankoano, 2010), force est de reconnaître que ce redoutable ravageur a mis la filière mangue aujourd’hui à genou.

Image Bactrocera Dorsalis : source https://bit.ly/3j261cr
Comme le déclarait le Président du Comité national de lutte contre la mouche des fruits du Sénégal, Mr Ngane Cheick, « les économies des pays producteurs et exportateurs de mangues d’Afrique de l’Ouest ont subi des pertes substantielles à la suite de l’interception des exportations de mangues ».
Le Burkina Faso, à l’instar des autres pays, a souffert des interceptions et des destructions de ses cargaisons de mangues. Face à ce problème, plusieurs méthodes de lutte ont été développé par la recherche parmi lesquelles on peut citer les méthodes culturales ou sanitaire, la lutte chimique, la lutte biologique et d’autres méthodes comme les ennemis naturels (parasitoïdes) et l’insecte stérile (Tankoano, 2010).
Parmi ce lot de techniques de lutte, nous allons nous appesantir sur la lutte biologique. Elle se définit comme étant l’utilisation d’organismes vivants ou de leurs produits pour lutter contre d’autres organismes jugés nuisibles (Cloutier et Cloutier 1992 ; Dreistadt et al. 2004).
Quelles méthodes de lutte biologique pour le bonheur de la filière mangue ?
L’une des méthodes de lutte biologique dont dispose la recherche est l’utilisation de l’ennemi naturel de Bactrocera dorsalis, le parasitoïde Diachasmimorpha Longicaudata. Ce parasitoïde a été importé du Centre International de Physiologie et d’Ecologie des insectes (ICIPE) au Keneya. Un dispositif a été mis en place au Centre National de Spécialisation en Fruits et Légumes (CNS-FL) pour sa production de masse. Il se reproduit sur les larves L3 de l’espèce Bactrocera Dorsalis.
C’est une méthode de lutte qui consiste d’abord à élever en masse Bactrocera Dorsalis. , La technique d’élevage consiste à introduire des pondoires (contenant au préalable un morceau de tissu imbibé de jus de mangue) dans des cages d’élevage de Bactrocera Dorsalis (contenant des femelles matures) pendant 24 heures. Les femelles de B. dorsalis déposent leurs oeufs à travers la perforation des pondoires. Les œufs ainsi obtenus sont placés sur un milieu nutritif pour permettre leur éclosion et leur passage aux différents stades larvaires (L1, L2, L3). Les larves de stade L3, les larves sont placées sur un milieu nutritif à base de poudre de carotte dans des unités de pontes et introduites pendant 24 heures dans les cages d’élevage du parasitoïde de Drachamimorpha Longicaudata. Les larves de B. dorsalis qui émettent des vibrations permettent aux femelles de Drachamimorpha Longicaudata, à travers leur récepteur, de les localiser et d’y pondre leurs œufs. Ces œufs à leur tour, vont éclore à l’intérieur des larves de Bactrocera Dorsalis et se nourrir de celles-ci. Ainsi, à l’émergence, nous auront plutôt des parasitoïdes Drachamimorpha Longicaudata au lieu des ravageurs de Bactrocera Dorsalis.

Drachamimorpha Longicaudata, source : https://bit.ly/3gmgAFB
 
Ensuite, il faut procéder à des lâchers inondatifs dans les vergers qui permettront de lutter contre l’émergence des mouches de fruits.
En effet, ces parasitoïdes ainsi lâchés, s’attaquent aux larves de B.  Dorsalis(Mze  Hassani,  2017 ;  Muriith  et  al.,  2017).  Ces  organismes  en s’attaquant aux stades immatures du ravageur,  émergent à la place de la mouche adulte. 
Avec cette méthode de lutte, la recherche ambitionne réduire la population des mouches de fruits. Quelques lâchers ont déjà été réalisés dans des vergers de mangues dans la province du Houet et du Kénédougou par les chercheurs du CNS-FL. Cependant, cette technique reste pour le moment inaccessible aux producteurs de mangues au regard du dispositif utilisé. Le développement et l’application de cette méthode restent donc pour l’heure, à la seule maîtrise de la recherche. Mais l’espoir est permis pour les bénéficiaires que sont les producteurs de mangue.
« À long terme, la technologie permettra de réduire la population des mouches de fruits (B, dorsalis) et par conséquent limiter les pertes dues à leurs attaques », foi du Dr Rabièta Simdé, entomologiste au sein de l’Institut de l’Environnement et de Recherche Agricole (INERA). Ainsi, les vergers seront mieux protégés avec une bonne productivité donc une augmentation de la production globale.

QUELQUES DÉGÂTS CAUSES PAR LES MOUCHES DES FRUITS

Nous suivre aussi sur Facebook, Twitter et Youtube 

Flavie

Journaliste/Blogueuse, PDG de Jolina's Com, structure de communication/événementiel, Directrice de Publication du Miroir de l'Info. Chargée de la Communication au sein de la Direction Régionale de Recherches Environnementales et Agricoles de l'Ouest, Burkina Faso, Bobo-Dioulasso. Directrice Artistique du Festival de Musiques et Danses Africaines (FEBAANOU)

Voir tous les articles de Flavie →

Une réflexion sur « Mouches des fruits : La lutte Biologique pour éradiquer le fléau »

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :