Mouches des fruits de la mangue : les techniciens agricoles à l’école de la surveillance

Dans le cadre des activités du projet Système Régional Innovant de contrôle des Mouches des fruits en Afrique de l’Ouest (SyRIMAO), une trentaine de techniciens d’agriculture ont été formé sur la lutte contre les mouches des fruits de la mangue. Intervenue du 17 au 20 avril 2023, à Koudougou, les participants ont été constitué en deux groupes d’une quinzaine de personnes pour deux jours de formation par groupe.

Former les techniciens chargés d’animer le système national de surveillance, sur les nouveaux outils d’évaluation de la diversité des mouches de fruits et la tenue des vergers pilotes IPM utilisant les technologies mises au point par le projet SyRIMAO, c’était l’objectif visé par les organisateurs de cette activité. Cela fait suite à une série de formations organisées de 2022 à 2023. En effet, les techniciens issus des SNRA avaient été formé en avril 2022 par le Centre National de Spécialisation en Fruits et Légumes (CNS-FL) de l’Institut de l’Environnement et de Recherches Agricoles (INERA). Une session qui sera restitué en octobre de la même année, à l’endroit de 20 techniciens chargés d’animer le dispositif national de surveillance des mouches des fruits. Toujours dans le chapelet des renforcements de capacités, le projet a assuré la formation des points focaux sur les nouveaux outils d’évaluation de la diversité des mouches de fruits et la tenue des vergers pilotes IPM en utilisant les technologies mises au point.

Une filière en chute libre …

La mangue au Burkina Faso constitue un enjeu économique, social et climatique très important. Jusqu’à la campagne de 2018, la filière générait plus ou moins 15 milliards de FCFA chaque année pour le pays. Sa production était estimée à 197.000 tonnes. Elle contribue à la sécurité alimentaire et sert de couverture végétale limitant les effets du changement climatique dans les zones productrices. Le secteur horticole est un pourvoyeur d’emploi pour une grande partie de la population africaine. Environ 28.000 personnes, tirent un revenu substantiel de la mangue.

Malheureusement, force est de se rendre compte que le secteur est confronté à plusieurs contraintes, notamment la problématique majeure des mouches de fruits. Elles détruisent 50 à 80% des productions fruitières et leurs dégâts s’enregistrent à toutes les échelles : les rendements des productions comme les revenus des petits producteurs ou la sécurité alimentaire des populations. Par ailleurs, elles sont la cause de nombreuses interceptions de cargaisons de mangue en direction des pays de l’Union Européenne. Une situation qui coûte cher au pays car la destruction lui incombe, d’où la nécessité d’agir.

Renforcer les capacités des techniciens pour une meilleure lutte…

Pour apporter une riposte à la hauteur du fléau, la Commission de la CEDEAO a, à la suite du Projet de soutien au Plan régional de Lutte et de contrôle des Mouches des Fruits en Afrique de l’Ouest (PLMF), financé une deuxième phase avec le soutien financier de l’UE et de l’Agence Française de Développement (AFD). Il s’agit du projet Système Régional Innovant de contrôle des Mouches des fruits en Afrique de l’Ouest (SyRIMAO). C’est dans ce cadre qu’a été organisé cette session de formation.

Bio-écologie, taxonomie, outils d’évaluation de la diversité, collecte et acheminement des échantillons, les techniques de formation des producteurs ainsi que les méthodes de lutte telles que la sanitation, le piégeage de masse, les appâts alimentaires étaient les différents modules enseignés à ces deux sessions, à travers théories et pratiques.

Dans cette dynamique, les techniciens à l’école de la lutte contre les mouches des fruits, devraient sortir mieux aguerris sur les nouveaux outils d’évaluation de la diversité des mouches des fruits et l’utilisation des technologies de lutte contre les mouches des fruits mises au point par le projet SyRIMAO. Il a également été question de co-développer avec eux, un plan d’animation des vergers pilotes IPM utilisant les technologies de lutte contre les mouches des fruits mises au point par le projet SyRIMAO.

Les techniciens chargés de conduire ces tests constitués en dix groupes, formés en binômes. Chaque binôme se chargera de conduire un test. En attendant, le choix des techniciens retenus sera fait après un test, preuve que la conduite de ces tests ne sera pas un exercice banal.

Flavie