Mandat d’arrêt international contre Karim Keïta, fils de l’ex-président Malien Ibrahim Boubacar Keïta

Interpol a émis lundi un mandat d’arrêt international contre de Karim Keïta, l’un des fils de l’ex-président malien Ibrahim Boubacar Keïta. Ce mandat entre dans le cadre d’une enquête sur la disparition d’un journaliste d’investigation en 2016, selon des sources judiciaires malienne et auprès d’Interpol au Mali.

Diffusée à la demande d’un juge d’instruction du tribunal de grande instance de la commune IV de Bamako, la capitale, la « notice rouge » d’Interpol vise l’ancien influent député, qui a trouvé refuge à Abidjan après le coup d’Etat militaire qui a renversé son père en août 2020. C’est une source proche de l’enquête qui l’a dit sous le couvert de l’anonymat. L’information a été confirmée à l’AFP par un responsable du bureau de représentation d’Interpol au Mali ayant également requis l’anonymat.

En rappel, le Journaliste malien disparu était âgé d’une cinquantaine d’années. Birama Touré, puisque c’est de lui qu’il s’agit, travaillait pour l’hebdomadaire de Bamako Le Sphinx jusqu’à quelques mois avant sa disparition, n’a plus été vu depuis le 29 janvier 2016, selon sa famille et le directeur de la publication, Adama Dramé. Ces derniers disent craindre qu’il ait été enlevé, torturé et tué après plusieurs mois de détention. Le directeur du Sphinx avait affirmé en 2018 que son ex-reporter avait auparavant approché Karim Keïta à propos d’un dossier qu’il présentait comme compromettant pour le fils du président. Estimant avoir été diffamé par le Sphinx, Karim Keïta, qui a toujours fermement démenti toute implication dans la disparition du reporter, avait porté plainte en 2019 pour diffamation contre le directeur de la revue et contre un journaliste d’une radio privée de Bamako qui lui avait ouvert son antenne. Cette plainte avait toutefois été jugée irrecevable pour des questions de forme par la justice malienne.

Mais le directeur du Sphinx, craignant pour sa sécurité, a pour sa part trouvé refuge en France. Considéré par de nombreux Maliens comme personnifiant la corruption du régime d’Ibrahim Boubacar Keïta, Karim Keïta avait échappé à l’arrestation après la prise de pouvoir par les officiers dirigés par le colonel Assimi Goïta le 18 août 2020. Il était réapparu quelques jours plus tard en Côte d’Ivoire.

 239 vues

Flavie

Journaliste/Blogueuse, PDG de Jolina's Com, structure de communication/événementiel, Directrice de Publication du Miroir de l'Info. Chargée de la Communication au sein de la Direction Régionale de Recherches Environnementales et Agricoles de l'Ouest, Burkina Faso, Bobo-Dioulasso. Directrice Artistique du Festival de Musiques et Danses Africaines (FEBAANOU)

Voir tous les articles de Flavie →