Mali : suspension du trafic routier avec le Sénégal

Le trafic routier sur le corridor Mali – Sénégal a été suspendu, mardi 16 Août après les échauffourées survenus dimanche dernier entre des populations sénégalaises et des conducteurs maliens à Kaolack (au Sénégal) suite à un accident mortel, a déclaré mardi, Souleymane Koumaré, chargé de la communication du Syndicat national des chauffeurs et conducteurs routiers du Mali (SYNACOR). Cette décision de suspension du trafic ne concerne que les poids-lourds a-t-il précisé tout en ajoutant : “Nous avons pris notre responsabilité et on a décrété un arrêt de travail. A kaolack on a appris qu’on peut faire venir les camions qui sont chargés, mais une fois à l’entrée de la ville ils seront escortés par la police. Cette situation ne nous rassure guère”.

Souleymane Koumaré continu : « Ce n’est pas la première fois que ce genre de problème survient entre nos deux pays. Il faut qu’on nous dise quelque chose de rassurant ». Cependant, aucune date n’a été donnée pour la reprise. Quelques heures après l’accident qui a causé la mort de quatre personnes, les deux ministres des Transports ont annoncé, dans des communiqués distincts, des mesures pour apaiser la tension.

En rappel, le dimanche, un camion malien est entré en collision avec un taxi aux environs de 15 heures à Kaolack au sud du Sénégal, faisant 4 morts et un blessé grave, selon le ministère malien des Transports et des Infrastructures dans un communiqué. Sur place, la tension était vive, une foule de manifestants a saccagé au moins cinq citernes maliennes et des camions stationnés dans les parages.

A la frontière Malienne à Diboli, des chauffeurs maliens ont aussi pris pour cible une vingtaine de camions sénégalais. Le ministre malien des Transports et des Infrastructures a appelé « au calme », assurant « que les contacts sont pris avec les autorités sénégalaises pour faire toute la lumière sur ces graves incidents qui n’honorent pas les excellentes relations de fraternité et d’amitié entre les deux pays ». De son côté, le ministre sénégalais des Transports a annoncé l’ouverture d’une enquête, assurant que l’Etat du Sénégal fera le nécessaire.

Pour rappel, le Mali est un pays enclavé, sans aucune ouverture sur la mer. Son approvisionnement et ses échanges commerciaux se font essentiellement à travers le Sénégal.

 1,442 vues