Les drones au service de l’agriculture

Aujourd’hui, les professionnels de la photographie, du cinéma ou du bâtiment ne sont plus les seuls à mettre les nouvelles technologies au profit de leur activité : un exploitant agricole peut lui aussi devenir pilote de drone, pour des utilisations très diverses.

Muni d’un drone civil classique ou d’un drone professionnel, il peut en effet gagner un temps considérable et optimiser le rendement de ses parcelles grâce à ces appareils qui permettent une vue aérienne précise et la collecte de nombreuses données. Si vous pensiez tout savoir sur les drones, vous serez donc surpris de constater l’importance de leur utilisation en agronomie et de découvrir en quoi ils sont devenus des outils d’aide à la décision dans le secteur agricole.

 

Le drone, un outil pertinent pour l’agriculture de précision !

 

Les drones agricoles ont la particularité non seulement de filmer pour réaliser une inspection visuelle des terres afin de repérer les adventices ou les dégâts de nuisibles, mais aussi d’être dotés de divers capteurs qui facilitent l’analyse de toute une panoplie de données : niveau d’azote, de chlorophylle, biomasse, taux d’humidité, stress hydrique, etc. De plus, le vol à basse altitude et la haute résolution permettent de récolter des vues aériennes plus pertinentes qu’avec une image satellite, aussi bien en viticulture qu’en arboriculture ou pour le maraîchage, l’horticulture et les grandes cultures de céréales.

 

Grâce à toutes ces informations et les préconisations sur les intrants nécessaires, les exploitants peuvent adapter précisément le niveau d’engrais ou d’autres pesticides à appliquer, et les zones concernées. Pour les agriculteurs qui utilisent régulièrement les drones, on remarque que la quantité de liquides épandus pour traiter les cultures a significativement diminué, facilitant ainsi l’agriculture durable et raisonnée. Les rendements sont également améliorés, ce qui permet un retour sur investissement relativement rapide, malgré un coût d’acquisition atteignant de francs pour les drones les plus sophistiqués.

 

Les drones pour l’épandage, un système révolutionnaire !

 

Bien que cette utilisation soit encore peu répandue, l’épandage à l’aide d’un drone commence à séduire de plus en plus d’exploitants agricoles dans le monde. Il faut le dire, cette technique présente plusieurs avantages pour le monde agricole :

  • Facilité de traiter des zones précises et d’optimiser la quantité de produits phytosanitaires utilisés en les répandant seulement où cela est nécessaire.
  • Accès plus facile à des endroits parfois peu propices au passage d’engins agricoles, notamment en cas de forte humidité, de présence d’arbres ou d’autres cultures, etc.
  • Réglages permettant un survol et une dispersion automatique des fertilisants et des herbicides et l’épandage de façon régulière tout en gérant la distance de pulvérisation.
  • Possibilité d’adapter les buses de pulvérisation en fonction des produits à répandre sur les terres agricoles et du type de cultures.

Le drone agricole pour assister les éleveurs !

 

Parallèlement à l’assistanat pour s’occuper des cultures, les drones sont aussi utiles dans l’élevage. Ces petits appareils peuvent en effet voler à proximité d’un troupeau, faire rentrer les animaux à la ferme au moment de la traite, etc.

Ils sont également utilisés pour surveiller l’ensemble des parcs et pâturages où se trouvent les bovins, les ovins, les porcins ou les volailles, pour s’assurer qu’ils disposent de suffisamment d’eau et qu’aucun ne s’est échappé de son enclos.

De plus, durant les périodes de vêlage, les exploitants agricoles peuvent garder un œil sur leurs génisses et intervenir au plus vite. L’utilisation de drone peut contribuer à diminuer le nombre de renards autour des exploitations de volailles et donc réduire les pertes.

 

Selon la définition donnée par Arvalis Infos, les drones sont des aéronefs capables de voler sans présence humaine à bord. Ils sont équipés d’un système de bord permettant le pilotage et le vol de façon automatique et peuvent embarquer différents capteurs permettant l’acquisition d’images. Il existe deux types de drones : les drones à voilures fixe et les drones à voilures tournantes avec hélices. 

 

Flavie

Journaliste/Blogueuse, PDG de Jolina's Com, structure de communication/événementiel, Directrice de Publication du Miroir de l'Info. Chargée de la Communication au sein de la Direction Régionale de Recherches Environnementales et Agricoles de l'Ouest, Burkina Faso, Bobo-Dioulasso. Directrice Artistique du Festival de Musiques et Danses Africaines (FEBAANOU)

Voir tous les articles de Flavie →