LE WARRANTAGE : DES OPA FORMES SUR LE SYSTÈME

Les 02 et 03 mai 2019 s’est tenue dans la salle de réunion du laboratoire biotechnologie de la Station de Farako-Bâ, une formation sur le système de warrantage. Organisée dans le cadre du  projet UEMOA/MAÏS, cette session de formation a regroupé une vingtaines de personnes venues des organisations paysannes de la région des Hauts-Bassins.
Organisée par la coordination du projet UEMOA/MAÏS et animée par le programme Gestion des Ressources Naturelles, Système de Production (GRN/SP) la session de formation avait pour objectif principal d’outiller les OPA à la maîtrise du système de warrantage.

Ainsi, dès l’entame, un bref aperçu a été fait sur l’historique du warrantage.
Le warrantage est un système d’opération de crédit de quelques mois dont la particularité est la remise en garantie d’un stock de marchandises cessibles par la banque en cas de défaillance du client emprunteur. Les marchandises sont déposées par les entreprises productrices dans un entrepôt sécurisé contre un récépissé leur permettant de solliciter un emprunt à la banque ou dans toute autre institution financière comme les caisses populaires.

Selon Mme Saba, l’une des formatrices, l’idée de la mise en place du warrantage serait partie du constat qu’il y a souvent des difficultés d’achat des intrants, ce qui occasionne de faibles rendements. Cet état des faits amène les producteurs à se rendre directement sur le marché pour vendre leurs productions, souvent à des prix très dérisoires, d’où de faibles revenus pour ces derniers. Il faut souligner que plus de 70% des producteurs du Burkina Faso sont dans cette dynamique.

C’est donc pour briser ce cercle vicieux que le projet Valorisation de variétés de maïs à haut rendement dans l’espace UEMOA dénommé UEMOA/MAÏS a mise en place le système de warrantage qui permettra aux producteurs de mieux s’épanouir.
Pour pallier aux difficultés liées à la mise en place de ce système, quelques règles ont été enseignées aux OPA pendant ces deux jours. Ils pourront désormais former les modalités d’accès au crédit et utiliser avec efficience ce crédit,  faire fonctionner le warrantage mais aussi et surtout, bien gérer le stock warranté.
Séance plénière, travaux de groupe, visites de laboratoires et de production de composts ont émaillés cette session de formation.
Pour mémoire, le projet Valorisation de variétés de maïs à haut rendement dans l’espace UEMOA dénommé UEMOA/MAÏS est coordonné par l’Agence Nationale de la Valorisation des Résultats de la Recherche et des Innovations, sous le financement de l’Union Économique et Monétaire Ouest Africaine.
QUELQUES IMAGES DE LA FORMATION

Matènè Dembélé

 201 vues

Flavie

Journaliste/Blogueuse, PDG de Jolina's Com, structure de communication/événementiel, Directrice de Publication du Miroir de l'Info. Chargée de la Communication au sein de la Direction Régionale de Recherches Environnementales et Agricoles de l'Ouest, Burkina Faso, Bobo-Dioulasso. Directrice Artistique du Festival de Musiques et Danses Africaines (FEBAANOU)

Voir tous les articles de Flavie →

Une réflexion sur « LE WARRANTAGE : DES OPA FORMES SUR LE SYSTÈME »

  1. Très bon article. "Il faut souligner que plus de 70% des producteurs du Burkina Faso sont dans cette dynamique." Je suppose que c'est la dynamique de vendre a bas prix.
    Il faut encourager des systèmes comme le warrantage et le vulgariser à grande échelle pour que les exploitations familiales soit plus solides et évoluent en entreprise agricole tout en conservant les qualités sociales propres à nos cultures.
    Les commerçants gagneraient plus en s'investissant au delà l'exportation et achat vente des produits agricoles, notamment dans la contractualisation avec les producteurs.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :