Le projet WAGRINOVA fait visiter les Démonstrations dans le bas-fond rizicole de Toumouseni

Constater l’effet des Bonnes Pratiques Agricoles développées sur les performances du riz et échanger avec les participants, tels étaient les objectifs visés par l’organisation de la visite commentée par les chercheurs du programme riz et riziculture de la Direction régionale de la recherche environnementale et agricole de l’ouest (DRREA-O). C’était le 22 octobre dernier, sur les bas-fonds rizicoles de Toumousséni, dans les Cascades.

Au profit d’une cinquantaine de producteurs de Toumousseni dans les Cascades, la visite commentée organisée par le programme riz et riziculture de l’Institut de l’Environnement et de Recherches Agricoles (INERA) le vendredi 22 octobre 2021, a connu la présence du Directeur régional de l’Agriculture et des Aménagements Hydro Agricoles des Cascades, Mr Marius SANON. Cette visite qui entrait dans le cadre des activités du projet « co-innovations across scales to enhance sustainable intensification, resilience and food and nutritional security in water-managed agricultural systems in west Africa, WAGRINNOVA », avait pour objectif de présenter les résultats des tests de co-innovation réalisés dans ces bas-fonds.

En effet, des diagnostics des bas-fonds de riz et des tests d’innovations avaient été réalisés au cours des années 2019-2020 dans l’optique de pouvoir proposer des solutions. C’était en collaboration avec des coopératives des producteurs, notamment sur les aspects associatifs des groupements ou coopératives de producteurs, ainsi que les contraintes techniques limitant la productivité du riz.

Ces diagnostics avaient révélé un certain nombre de problèmes, dont le plus important demeure la faible disponibilité de l’eau et les mauvaises pratiques de gestion de la culture du riz. D’où, la nécessité de développer des pratiques adaptées afin de réduire la vulnérabilité dû aux effets néfastes de la variabilité et du changement climatique et améliorer les moyens de subsistance au sein des communautés rurales.

Notons que 90% des producteurs du riz dans le village de Toumousseni ne jurent que par le semis à la volée.

Des technologies ont été ainsi mises en place à travers les démonstrations d’un paquet de bonnes pratiques (la variété, les éléments de mise en place de la culture et d’entretien et les éléments de fertilisation).

En fonction de la situation du bas-fond une adaptation du paquet était proposée. Pour les parcelles à régime pluvial strict, l’utilisation de l’urée Simple est le plus conseillé. Cependant dans les parcelles inondées l’utilisation de l’urée super granulée garantie une bonne production. Le moins qu’on puisse dire, c’est que les producteurs ont appréciés positivement l’effet de ces technologies sur la productivité du riz. « Nous n’étions pas totalement d’accord au départ avec leurs technologies, mais aujourd’hui nous sommes plus que satisfait car depuis que nous cultivons le riz, nous n’avons jamais vu de production aussi importante », a laissé entendre l’un d’entre eux.

 595 vues

Flavie

Journaliste/Blogueuse, PDG de Jolina's Com, structure de communication/événementiel, Directrice de Publication du Miroir de l'Info. Chargée de la Communication au sein de la Direction Régionale de Recherches Environnementales et Agricoles de l'Ouest, Burkina Faso, Bobo-Dioulasso. Directrice Artistique du Festival de Musiques et Danses Africaines (FEBAANOU)

Voir tous les articles de Flavie →