Filière tomate : Enfin un projet pour faire face au flétrissement bactérien causé par Ralstonia solanacearum E. F. Smith

«Contrôle du flétrissement bactérien de la tomate par l’utilisation du « compost bactéricide » dans les périmètres maraîchers des Hauts-Bassins», c’est le Projet FONRID n°4/AP5, qui a été lancé le jeudi 27 Août 2020 au sein de la salle de réunion du programme Culture Maraîchère et Fruitières, Ex. PV.

 

Contraintes biotiques liées à la production de la tomate

Placé sous la présidence du Directeur Régional de l’Institut de Recherches en Sciences Appliquées et Technologies (IRSAT), M. Moussa WEREME et la présence effective du Directeur Régional de Recherches Environnementales et Agricoles de l’Ouest (DRREA-O), M. Vincent DAO, cet atelier de lancement avait pour objectifs de :

      – Faire un bref état sur le flétrissement bactérien ;

      – Présenter le projet compost bactéricide ;

    –   Échanger avec les différents partenaires sur les détails techniques relatifs à sa mise en œuvre.

En effet, la production de tomate constitue une activité économique importante pour le Burkina Faso. Elle est cultivée dans la totalité des zones agricoles du pays.

La tomate (Solanum 𝘓𝘺𝘤𝘰𝘱𝘦𝘳𝘴𝘪𝘤um L.) occupe la deuxième place après l’oignon bulbe en termes de production.

Données sur la production de la tomate

Malgré l’importance économique et les opportunités que la filière offre pour l’économie burkinabè, elle fait face à de nombreuses contraintes biotiques pouvant réduire les rendements de l’ordre de 90% (ARMEFLHOR, 2007 ; CORAF, 2010). En effet, les bactéries constituent l’une des contraintes biotiques majeures tant pour la production que pour les perspectives d’intensification de la culture de tomate (Blancard et al., 2009 ; Ouattara et al., 2017 ; Son, 2018).

Parmi ces bactéries qui affectent la production de la tomate figure 𝙍𝙖𝙡𝙨𝙩𝙤𝙣𝙞𝙖 𝙨𝙤𝙡𝙖𝙣𝙖𝙘𝙚𝙖𝙧𝙪𝙢, une bactérie vasculaire d’origine tellurique, responsable du flétrissement bactérien. Elle est d’autant plus dangereuse qu’elle met à genou toutes les composantes de la filière, du producteur au consommateur, en passant par les commerçants, les transformateurs et les exportateurs.

C’est fort de cet état des faits que le projet : « Contrôle du flétrissement bactérien de la tomate par l’utilisation du « compost bactéricide » dans les périmètres maraîchers des Hauts-Bassins soumis au cinquième appel à projet du Fonds National de la Recherche et de l’Innovation pour le Développement (FONRID) a été retenu pour financement.

Il vise à proposer une solution innovante durable pour améliorer la productivité de la tomate par la réduction des pertes dues au flétrissement bactérien. Le projet est logé à l’Institut de Recherches en Sciences Appliquées et Technologies (IRSAT) en partenariat avec l’Institut de l’Environnement et de Recherches Agricoles (INERA) et la Coopérative Maraîchère Urbaine et Péri-Urbaine de Bobo-Dioulasso (𝘾𝙊𝙈𝘼𝘽𝙊). Coordonné par le 𝘿𝙧 𝙊𝙪𝙢𝙖𝙧𝙤𝙪 𝙏𝙍𝘼𝙊𝙍𝙀, il est prévu pour durer 3 ans et devrait concerner environ 80 personnes dont 42 producteurs, 30 productrices, 4 techniciens et 4 techniciennes d’agriculture. Les zones d’intervention retenues pour sa mise en œuvre sont Bobo-Dioulasso et Toussiana, dans la province du Houet, Orodara dans la province du Kénédougou et Houdé dans la province du Tuy.

Les activités prévues sont entre autres i) la Production et l’évaluation  in vivo  du compost dans les trois (3) provinces, ii) la formation participative de production du compost bactéricide avec les maraîchers et les techniciens de l’agriculture, iii) la formation des maraîchers et des techniciens de l’agriculture aux bonnes pratiques de culture et d’entretien de la tomate, iv) la formation des maraîchers et des techniciens de l’agriculture au test de diagnostic rapide de la maladie v) Restitution des acquis du projet. Certaines de ces activités sont déjà en cours de réalisation.

En attendant la fin du projet, une lueur d’espoir se dégage à l’horizon pour les acteurs de la filière tomate.

 Une vue des participants à cet atelier de lancement


 

 261 vues

Flavie

Journaliste/Blogueuse, PDG de Jolina's Com, structure de communication/événementiel, Directrice de Publication du Miroir de l'Info. Chargée de la Communication au sein de la Direction Régionale de Recherches Environnementales et Agricoles de l'Ouest, Burkina Faso, Bobo-Dioulasso. Directrice Artistique du Festival de Musiques et Danses Africaines (FEBAANOU)

Voir tous les articles de Flavie →

Une réflexion sur « Filière tomate : Enfin un projet pour faire face au flétrissement bactérien causé par Ralstonia solanacearum E. F. Smith »

  1. Vivement que le Succès vienne, car c'est très triste de voir ses tomates se flétrir…
    Courage et Soutient aux équipes de Chercheurs 🙂

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :