Filière riz au Burkina Faso : Le choix variétal des producteurs, un pas vers l’autosuffisance alimentaire

Le programme Riz et Riziculture de l’Institut de l’Environnement et de Recherches Agricoles, INERA, en collaboration  avec le projet Petite Irrigation dans le Grand Ouest, PIGO, a organisé du 24 Févier au 02 Mars 2020, une série de tests de dégustation. C’était avec les producteurs de riz des bas-fonds aménagés par le PIGO. 
Une vue des participants à la dégustation du village rizicole de TAPIRA
S’inscrivant dans le cadre de la promotion des variétés de riz de qualité et adaptées à l’écologie de bas-fond, par des tests deSélection Variétale Participative de Vulgarisation (PVS/V), cette activité pilotée par l’équipe conjointe de l’INERAet du PIGO avait pour objectif de recueillir le choix des producteurs en fonction des caractéristiques organoleptiques de six variétés à savoir quatre variétés parfumées que sont la FKR84 (ex Orylux 6), la IR 67, la Sahel 328, la Sahel 210et deux témoins dont la FKR 64 (ex TS2), et la FKR 62N.
Les tests se sont déroulés dans la région du Sud-Ouest, précisément dans les villages rizicoles de Proumkéra, Loperdouo, Koriba, Yapotéon (province du Noumbiel) et de Tapira, GBanbgara, et Horao (province du Poni), ainsi dans la région du Centre-Ouest, village rizicole de Lama situé dans la province de la Sissili ).
Le panel était constitué d’une cinquantaine de producteurs en moyenne par site, parmi lesquels ceux ayant participé à la conduite des essais au champ, Cinq critères essentiels étaient considérés à savoir : la couleur (blanc, blanc-sale ou peu blanc), la texture (tendre ou dure) l’aspect collant (collant, peu collant ou pas collant), le parfum (sent bon ou pas d’odeur) et le goût (excellent, bon, passable ou mauvais).
Les dégustateurs pris individuellement, avaient alors à faire à la fin, le choix de trois meilleures variétés.
Les présents tests de dégustation font suite à des tests de démonstrations conduites au champ sur ces mêmes variétés. Une séance de visite commentée avait ainsi été organisée dans chacun de ces sites afin de recueillir le choix des producteurs par rapports en fonction des performances agronomiques. Ces deux tests (agronomiques et organoleptiques) combinés serviront à connaître le choix final des producteurs afin de leur proposer au moins 2 variétés adaptés aux différents bas-fonds de la zone de couverture du PIGO.
Pour information, le PIGO est un projet qui ambitionne d’améliorer la sécurité alimentaire des populations autour des bas-fonds aménagés et des petits périmètres irrigués et d’augmenter leurs revenus à travers la production, la transformation et la commercialisation des produits agricoles en vue de contribuer à réduire la pauvreté en milieu rural.
Quoi de plus normal que d’évaluer les variétés afin de déterminer celles préférées par les producteurs en fonction de leurs critères de choix.
QUELQUES TEMPS FORTS

 
 Nous suivre aussi sur Facebook, Twitter et YouTube

 269 vues

Flavie

Journaliste/Blogueuse, PDG de Jolina's Com, structure de communication/événementiel, Directrice de Publication du Miroir de l'Info. Chargée de la Communication au sein de la Direction Régionale de Recherches Environnementales et Agricoles de l'Ouest, Burkina Faso, Bobo-Dioulasso. Directrice Artistique du Festival de Musiques et Danses Africaines (FEBAANOU)

Voir tous les articles de Flavie →

4 réflexions sur « Filière riz au Burkina Faso : Le choix variétal des producteurs, un pas vers l’autosuffisance alimentaire »

  1. Bravo à l'équipe du programme riz et du PIGO pour la promotion des variétés locales

  2. Bonjour. Les visites commentées, sont les moyens qui impliquent directement les producteurs dans le choix variétal ainsi que les tests de dégustation.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :