FESPACO 2021 : les dés sont lancés

Le clap de départ de la 27è édition du FESPACO a été donné le samedi 16 octobre 2021 par président du Faso, Roch Marc Christian  Kaboré. À ses côtés, un parterre de personnalités parmi lesquelles, le ministre de la Culture et de la communication, Mr Abdoulaye DIOP, représentant son pays, invité d’honneur.

C’est au terme d’une chorégraphie mémorable que le clap de départ de la 27e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou a été donné le samedi 16 octobre 2021.

Le début du spectacle était marqué par la présence remarquable du champion du log lift, le Burkinabè Iron Biby. Place a ensuite été faite aux artistes retenus pour l’occasion, à travers une chorégraphie du talentueux Serges Aimé Coulibaly. Ainsi, de Baba Maal et Didier Awadi, du Sénégal, à Alif Naaba et Awa Boussim, en passant par Djeli Karim, Malika la Slamazone, Smockey, Amzy et Nourat, le spectacle était de taille et tous ont émerveillés les festivaliers. Un signal fort que le FESPACO n’est pas seulement l’affaire des acteurs du 7ème art. C’est l’activité de tous les Burkinabès même si ces derniers sont les plus concernés. « Pour l’occasion, l’ensemble des acteurs du 7eme art doivent se pencher sur les verrous qui  empêchent le cinéma africain de prospérer », a dit le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré. Selon lui, le thème de la présente édition « Cinéma d’Afrique et de la diaspora : Nouveaux regards, nouveaux défis » est interpellateur car il va permettre aux acteurs de s’imprégner des difficultés, des contraintes et des perspectives liées au 7eme art africain. Dans la même foulée, il a aussi félicité les réalisateurs pour leurs multiples efforts dans la réalisation de leurs œuvres tout en leur souhaitant bonne chance pour la conquête de l’Étalon d’or de Yennenga.

Pour cette 27ème édition, le Sénégal est le pays invité d’honneur. Il participe avec 19 films sélectionnés dont 14 pour la compétition officielle. Il est représenté valablement par environ 200 personnes composées d’artistes et d’intellectuels. C’est pourquoi, le président du Faso a tenu à traduire sa reconnaissance à ce pays frère qui n’a ménagé aucun effort pour honorer le Burkina à cette 27e édition de la fête du cinéma africain. Le ministre Sénégalais de la culture et de la communication, a quant à lui traduit la reconnaissance de son pays à l’égard du Burkina Faso, pour l’insigne honneur porté sur le Sénégal. « Je suis un homme comblé et nous comptons participer pleinement à ce festival», a dit Mr Abdoulaye DIOP avant de saluer la coopération bilatérale entre nos deux pays.

Nourat sur fond de chorégraphie militaire

Prévu pour se tenir du 16 au 23 octobre 2021, « le FESPACO 2021 sera marqué par la projection de 239 films Africains et de la diaspora au grand bonheur des populations, des festivaliers et des professionnels du 7è art », aux dire du président du comité d’organisation, Salifou Taïta. Pour le premier responsable de la culture, des arts et tourisme Burkinabè, Foniyama Élise Ilboudo/ Thiombiano, la filière du cinéma est en pleine mutation, évolution technologique avec des marchés plus dynamiques et de nouveaux acteurs et intervenants. C’est pourquoi, elle a invité les acteurs à saisir cette 27ème édition du FESPACO pour « réfléchir profondément sur le devenir du cinéma et de l’audiovisuel afin d’être plus compétitif sur le marché du film ».

À noter qu’à cette édition 17 fictions longs métrages sont à la conquête de l’Étalon de Yennenga en catégorie or, argent, et bronze. Le film « Les trois lascars » du réalisateur et producteur burkinabè Boubacar Diallo est dans la course.

Qui succèdera à l’Étalon d’or de Yennenga 2019, le Rwandais Joël Karekezi avec le film « The mercy of de jungle » ou « La mémoire de la jungle » ? Nous le saurons le samedi 23 octobre prochain, lors de la cérémonie de clôture de ce festival.

En rappel, le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) est l’un des plus grands festivals du cinéma africain. Créé en 1969 sous le nom de « Premier festival de Cinéma Africain de Ouagadougou », il se déroule tous les deux ans à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso. Il a pour objectif de favoriser la diffusion de toutes les œuvres du cinéma africain, de permettre les contacts et les échanges entre professionnels du cinéma et de l’audiovisuel, et de contribuer à l’essor, au développement et à la sauvegarde du cinéma africain, en tant que moyen d’expression, d’éducation et de conscientisation.

Les acrobates étaient aussi de la partie

Flavie

 814 vues

Flavie

Journaliste/Blogueuse, PDG de Jolina's Com, structure de communication/événementiel, Directrice de Publication du Miroir de l'Info. Chargée de la Communication au sein de la Direction Régionale de Recherches Environnementales et Agricoles de l'Ouest, Burkina Faso, Bobo-Dioulasso. Directrice Artistique du Festival de Musiques et Danses Africaines (FEBAANOU)

Voir tous les articles de Flavie →