COVID-19 : Le Ministère de la Santé entend PRevenir une 3ème vague

 431 vues,  1 views today

Actualité oblige, c’est à travers une minute silence en la mémoire des personnes disparues que le ministre de la santé, le Pr Charlemagne Ouédraogo a débuté la rencontre sur la situation épidémiologique de COVID-19 au Burkina Faso. C’était ce jeudi 18 novembre 2021, lorq d’une réunion extraordinaire du Comité sectoriel santé de riposte contre la COVID-19.


Ce n’est un secret pour personne, nous assistons depuis quelques semaines à une flambée des cas déclarés positifs au COVID-19. Cette réunion extraordinaire qui n’est do’c pas fortuite, avait pour objectif de faire la situation épidémiologique et l’état des lieux de la réponse à cette pandémie.

Selon la situation épidémiologique, à la date du 11 novembre 2021, sur les 70 districts sanitaires que compte le pays, 69 sont touchés par la COVID-19 et 22 enregistrent toujours des cas actifs. Dans la semaine du 8 au 14 novembre, le pays a enregistré 233 nouveaux cas, 31 décès et 176 guérisons.
C’est pourquoi, le premier responsable du département de la santé, le Pr Charlemagne Ouédraogo, estime qu’il faut prendre des actions fortes face à la situation. « Il était nécessaire de convoquer cette rencontre afin de réexaminer avec les partenaires techniques et financiers, et de repositionner les différentes stratégies de lutte qui avaient été élaborées et mises en œuvre pour redonner une certaine dynamique dans la riposte contre la COVID-19, et examiner de nouvelles stratégies qui vont nous permettre de protéger la population », a laissé entendre le ministre. Et c’est dans ce cadre que le Burkina Faso envisage une campagne de vaccination pour augmenter l’acceptabilité des vaccins contre la COVID-19.

Prévue du 9 au 13 décembre 2021, cette campagne vise à toucher 1 774 815 personnes âgées de 18 ans et plus avec les vaccins AstraZeneca, Jonhson & Jonhson, Sinopharm et Pfizer.
Les partenaires techniques et financiers disent être prêts à accompagner le Burkina Faso dans la mise en œuvre de cette la campagne de vaccination. La Représentante résidente de l’OMS, Dr Alimata Diarra/Nama, reste convaincue qu’au stade actuel de la lutte, le vaccin contre la COVID-19 est incontournable pour éviter les formes graves de la maladie. elle a ajouté qu’en plus du vaccin, il faut continuer à respecter les mesures barrières.