Chaine de valeur lait : Rencontre multiplateforme entre les acteurs du projet Africa Milk

Faire le bilan des tests pour la complémentarité des vaches en lactation en saison sèche, avec des rations conçues à base de fourrages à l’ouest du Burkina Faso, c’est l’objectif qui a réuni une cinquantaine d’acteurs de la filière lait, composé de producteurs/éleveurs à Banfora. C’était du 24 au 25 juin 2021, à la Direction Région de l’Agriculture, des Aménagements Hydro Agricole et de la Mécanisation des Cascades. Cette activité qui se veut être une rencontre multiplateforme des différents acteurs de la chaine de valeur lait local des bassins laitiers de Bobo-Dioulasso et de Banfora, entre dans le cadre du projet Africa Milk.

Elle a permis aux participants, deux jours durant, de créer un cadre de rencontre et de partage d’expérience entre eux. Une occasion pour la jeune plateforme de Bobo-Dioulasso, de pouvoir s’imprégner de l’expérience de celle de Banfora. En séance plénière, l’occasion a été donnée à l’ensemble des parties prenantes de discuter sur la qualité et la quantité des semences de fourrages cultivées et de déterminer les plus productives pour l’embouche.

Les acteurs rassurés s’engagent…

De plus, la présentation des résultats des tests de rations conçues avec les éleveurs eux-mêmes, à base de fourrages pour la complémentation des vaches en lactation a permis d’avoir une discussion et de les valider.

En terme de variétés, il ressort que les tests sur toutes les variétés cultivées étaient concluants. Cependant, on retient qu’il faille rendre disponible la semence à temps pour éviter d’avoir de mauvaises surprises, vu que ces retards ont joués sur certains tests.

Nonobstant cet état des faits, les variétés cultivées à savoir le maïs Espoir, le niébé KVX 745-11p, le sorgho Grinkan, le Mucuna pruriens deringiana et le Brachiaria ruziziensis, ont brillamment servi à emboucher les vaches des éleveurs. C’est donc tout naturellement, que les deux plateformes (Bobo-Dioulasso et Banfora) se sont engagés à poursuivre les activités de recherche participative dans le cadre de la chaîne de valeur lait local.

Et le président de la plateforme des hauts bassins Mr KONATE Hati appel tous les producteurs et les transformateurs à œuvrer de sorte à pouvoir tenir la promesse faite au président du Faso d’offrir 4 pots de yaourts de 125 ml par semaine à chaque enfant inscrit à l’école d’ici l’année prochaine.

Les acteurs de la chaîne de valeur dans une ferme. Objectif s’imprégner des méthodes du propriétaire

Au deuxième jour, l’assistance s’est déporté dans la ferme du producteur Mr Aboubacar HEMA, une opportunité de pouvoir non seulement toucher du doigt les réalités du terrain, mais aussi et surtout s’imprégner de sa manière de travailler.  Ce fut également pour ce dernier, partage d’expérience oblige, l’occasion de bénéficier de conseils notamment de l’équipe dirigeante du projet Africa Milk, des chercheurs chevronnés de l’Institut de l’Environnement et de Recherche Agricoles (INERA) sur les meilleures techniques pour la ration de ses animaux.

En rappel, le projet Africa-Milk regroupe 4 pays à savoir le Burkina Faso, le Sénégal, le Kenya et Madagascar. Il a pour objectif de concevoir et mettre en œuvre des innovations techniques et organisationnelles visant à sécuriser l’approvisionnement en lait et durera 3 ans.

Vue des participants !

 326 vues

Flavie

Journaliste/Blogueuse, PDG de Jolina's Com, structure de communication/événementiel, Directrice de Publication du Miroir de l'Info. Chargée de la Communication au sein de la Direction Régionale de Recherches Environnementales et Agricoles de l'Ouest, Burkina Faso, Bobo-Dioulasso. Directrice Artistique du Festival de Musiques et Danses Africaines (FEBAANOU)

Voir tous les articles de Flavie →