Autonomisation de femme : Le groupement Limanya offre des micro crédits aux femmes démunies

 267 vues,  1 views today

Ce sont au total 60 femmes qui ont reçu ce samedi 2 avril 2022, à Bobo-Dioulasso, des micro crédits. Une cérémonie salvatrice pour les bénéficiaires qui ont répondu présentes. Elles, ce sont les femmes démunies qui mènent, dans leurs zones de résidences respectives, des activités rémunératrices de revenus, c’est-à-dire le petit commerce.

L’initiative est du groupement féminin Limanya de Bobo-Dioulasso. Ce groupement entend, à travers l’octroi de ces micro crédits permettre aux femmes de pouvoir réaliser des activités génératrices de revenus, afin de converger vers leur indépendance financière. C’est d’autant plus l’un des critères d’éligibilité à cette offre. « Pour être bénéficiaire de ces crédits, il d’abord mener des activités rémunératrices de revenus, être une femme qui a envie de s’émanciper, de s’autonomiser », selon les propos de Orokia Sanon/épouse Sow, présidente du groupement féminin Limanya de Bobo-Dioulasso.

La présidente du groupement Limanya, Mme Orokia Sow/Sanon prône l’autonomisation de la femme !

Les montants des dotations reçues à cette session varient entre 50.000 et 200.000 francs CFA et c’est au total la somme de 5.000.000 de francs CFA qui le groupement a décaissé afin de soulager un tant soit peu ces bénéficiaires.

Pour rappel, le groupement Limanya qui n’est pas à sa première remise de micro crédit a accompagné environ 260 femmes qui sont pour la plupart aujourd’hui autonomes. « Il existe beaucoup d’exemple de réussites parmi lesquels des femmes qui ont fait de l’embouche pour la revente », a dit la présidente avant d’affirmer qu’après plusieurs sessions d’octroi, beaucoup de femmes, grâce à ces micro crédits, arrivent à s’occuper de leur famille.

Depuis les débuts en 2008, le groupement Limanya est à sa 13ème session d’octroi de crédit. Jusque-là, aucune garantie n’est demandée aux bénéficiaires. Une initiative à louer à sa juste valeur puisse qu’elle n’est pas trop contraignante. C’est un prêt qui, aux dires des bénéficiaires est la bienvenue. En effet, ces dernières ont la flexibilité dans le remboursement. « Nous payons 5.000 francs CFA par mois et ça nous arrange beaucoup », nous a confié Sanou Jeanne, 64 ans, membre de l’association Djigiya. Dame Sanou est vendeuse de boisson locale et c’est dans ce commerce qu’elle compte investir l’argent reçu.

Dame Jeanne Sanou, membre de l’association Djigiya fait partie des bénéficiaires !

Selon la présidente, le groupement Limanya, ne prend qu’un taux d’intérêt global de 10% sur chaque crédit octroyé. « Ce montant cumulé sur 5 ans servira plus tard à financer une autre session d’octroi de micro crédit à d’autres femmes », a-t-elle laissé entendre.

La source de financement de cette activité provient de partenaires français de la ville de Dijon, du cumul des taux d’intérêt ainsi que la subvention du Fond d’appui aux activités rémunératrices des femmes (FARF).

Il faut aussi signaler que les associations féminines peuvent postuler. Il s’agira alors de repartager la somme reçue à l’interne afin que chaque membre puisse mener l’activité de son choix.

Flavie

Journaliste/Blogueuse, PDG de Jolina's Com, structure de communication/événementiel, Directrice de Publication du Miroir de l'Info. Chargée de la Communication au sein de la Direction Régionale de Recherches Environnementales et Agricoles de l'Ouest, Burkina Faso, Bobo-Dioulasso. Directrice Artistique du Festival de Musiques et Danses Africaines (FEBAANOU)

Voir tous les articles de Flavie →