Attaques de Tigré en Éthiopie : Les troupes se mobilisent

C’est suite à la série d’attaques menées par les forces du Tigré que les troupes éthiopiennes et une milice de la région Amhara du pays se sont mobilisées. La guerre qui a débuté en novembre dernier s’est d’abord limitée à la région du Tigré, dans le nord de l’Éthiopie.

Les récits d’atrocités sont souvent apparus longtemps après qu’elles se soient produites : Les habitants de Tigré ont décrit des viols collectifs, des massacres et des famines forcées perpétrés par les forces fédérales et leurs alliés d’Amhara et de l’Érythrée.

Lors d’un revirement surprenant en juin, les forces du Tigré ont repris une grande partie de leur région d’origine et les combats se sont maintenant étendus à l’Amhara. Furieux des attaques contre leurs communautés et leurs familles, les combattants sont accusés de prendre pour cible les civils de l’autre camp.

Des membres d’une milice locale d’Amhara ont déclaré que le village d’Uruga a été tenu par les forces tigréennes pendant trois ou quatre jours, au cours desquels la clinique locale et le moulin à grains ont été incendiés. « Je veux personnellement qu’ils soient éliminés », a déclaré Seid Gebreze, un agriculteur local, alors qu’il marchait dans un bâtiment qui aurait été réduit en ruines par les Tigréens. « Combien d’animaux avons-nous perdus, combien de bétail avons-nous perdu ? », a-t-il demandé, avant de rétorquer, « Je suis prêt à me battre ».

Le chef de la milice Shete Lebashoche, Jamilu Teferu, a insisté sur le fait que les forces tigréennes ne seraient pas en mesure de « briser l’Éthiopie et de faire pression sur les Amharans ». « Si les Tigréens essaient de nier notre identité ou de revendiquer notre terre, je dis que cela n’arrivera jamais », a-t-il déclaré. Le Bureau des affaires de communication du Tigré a déclaré que les allégations dans des endroits comme Uruga étaient « totalement fausses » et a appelé à une enquête indépendante, a rapporté Sky News.

Les forces tigréennes ont décrit leur offensive comme une tentative de briser le blocus de leur région, qui compte quelque 6 millions d’habitants depuis des mois, alors qu’environ 400 000 personnes sont confrontées à la famine dans le cadre de la pire crise alimentaire de la décennie.

Mohamed Isaac

 289 vues