Assise nationales : « Nous devons taire nos différents, mettre en commun la richesse de notre diversité » discours, capitaine Traoré

Les assises nationales pour l’adoption de la charte de la transition se sont ouvertes ce 14 octobre 2022 à Ouagadougou. La cérémonie d’ouverture a connu la participation d’hommes politiques, FDS, VDP. Les attentes aux sortir de ces assises sont nombreuses.

« Je déclare (…) ouverte les assises nationales »; c’est sur ces paroles prononcées par le capitaine Marcel Méda, représentant le président du MPSR, qu’ont débuté les assises nationales.

Pour le capitaine Traoré, ces assises sont une fois de plus, un « rendez-vous avec l’histoire ». Ainsi, pour lui, ces assises se doivent d’être inclusive, mais surtout conforme aux aspirations du peuple Burkinabè. « Nous devons taire nos différents, mettre en commun la richesse de notre diversité pour préserver l’essentiel et écrire une page nouvelle de notre histoire : celui d’un peuple qui assume son destin et se donne les orientations claires pour la construction d’une nation forte et résiliente, une nation capable de restaurer la paix, la sécurité et amorcer le développement durable » a souligné le capitaine Ibrahim Traoré, dans son discours lu par son représentant aux assises, le capitaine Marcel Méda.

Un avis partagé par Monique Yeli Kam invitée et présente à ces assises. L’Amazone de l’éducation au Burkina dit participer à ces assises pour « exprimer la volonté des panafricains, la réalisation de la vision de l’unité africaine et la souveraineté nationale ». Pour elle, il s’agira au cours de ces assises d’exprimer les priorités à prendre en compte, qui de ses dires, sont articulées autour de 03 axes ; la sécurité, le social et la coopération internationale.

En effet, pour Monique Yeli Kam, la première priorité est « l’apaisement du front sécuritaire » ; la deuxième priorité, le front social, réunis toutes les actions qui pourront conduire le Burkina Faso à reconquérir son unité nationale, la cohésion sociale. « Notre société est fracturée par une crise multidimensionnelle et nous soutenons une cohésion, à travers la mise en place d’organes suffisamment inclusifs et participatifs sur la base du critère de mérite » a-t-elle expliqué.

La troisième priorité, le front de la coopération internationale qui consiste à une relecture de tous les accords de coopération avec l’extérieur et les actualiser en fonction des intérêts du peuple. « Tous les problèmes que nous en Afrique nous vivons nous viennent de l’extérieur » a-t-elle lancé en précisant soutenir des réformes de souveraineté.

Également présent à ces assises, Inoussa Kéré, VDP de la localité de Bittou dit vouloir qu’au sortir de ces assises, l’armée Burkinabè et les VDP puisse monter en puissance. En ce sens, celui-ci souligne le besoin pour les VDP d’avoir un armement adéquat et des munitions, des contre-balle. « Nous pouvons faire 07 jours dans la brousse, avec seulement deux chargeurs ; lorsqu’il y a beaucoup d’attaques, nous sommes à court de munitions. Si nous pouvions avoir davantage de munitions, ce serait bien » a-t-il lancé.

Voir la source

Flavie

Journaliste/Blogueuse, PDG de Jolina's Com, structure de communication/événementiel, Directrice de Publication du Miroir de l'Info. Chargée de la Communication au sein de la Direction Régionale de Recherches Environnementales et Agricoles de l'Ouest, Burkina Faso, Bobo-Dioulasso. Directrice Artistique du Festival de Musiques et Danses Africaines (FEBAANOU)

Voir tous les articles de Flavie →

Commenter