Assassinat de Sankara : La France remet un dernier lot de documents déclassifiés aux autorités burkinabè

La France a remis ce samedi 17 avril 2021, aux autorités burkinabè, un dernier lot de documents d’archives déclassifiés dans le cadre de l’instruction du dossier sur l’assassinat de Thomas Sankara.A en croire Radio France internationale (RFI), « ces documents, remis sous plis scellés aux autorités burkinabè, ont été produits pendant le régime de Thomas Sankara et après son assassinat, selon Luc Hallade, ambassadeur de France au Burkina Faso. Ils sont arrivés, fin février 2021, au Burkina Faso mais c’est ce samedi 17 avril qu’ils ont été officiellement remis ». »Les éléments contenus dans les dossiers d’archives françaises qui ont été transmis, portés ou versés au dossier d’instruction ne doivent pas faire oublier que cette même justice burkinabè a des moyens d’investigation propres. J’ai quelquefois l’impression que tout le monde se focalise sur les archives françaises comme s’il y avait un procès d’intention », a précisé l’ambassadeur Luc Hallade.Notons par ailleurs que plus de 30 ans après les faits, le tribunal militaire de Ouagadougou a décidé, le 13 avril 2021, de mettre en accusation l’ancien président Blaise Compaoré pour attentat à la sûreté de l’État, complicité d’assassinat et recel de cadavre dans le dossier du meurtre de Thomas Sankara, survenu le 15 octobre 1987. Au total, ce sont 14 autres personnes qui sont poursuivies dans ce dossier. »L’heure de la justice a enfin sonné, un procès peut s’ouvrir », a estimé Me Guy Hervé Kam, un avocat de la partie civile. Soulignons en outre que le lot de huit documents déclassifiés par la France, a été remis au ministre burkinabè, chargé de l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’Extérieur.Selon Maxime Koné, ces documents pourront servir d’information complémentaire dans le cadre du procès sur l’affaire Thomas Sankara. « Nous croyons bien que ces documents, y compris le travail qui a été fait par le juge d’instruction du Tribunal militaire du Burkina Faso vont permettre, en tout cas, de nous éclairer sur cette affaire », a déclaré le ministre.

 373 vues