Amélioration de la productivité : Le PACES facilite l’adoption de technologies prometteuses

 Les Visites commentées se suivent mais ne se ressemblent pas. Les tests mises en place dans le cadre du Projet d’Amélioration de la Productivité Agricole par la Conservation des Eaux et des Sols (PACES) ont fait l’objet de visites commentées, du 14 au 22 octobre 2019.
Avec pour objectif général d’assurer le transfert de technologies éprouvées de gestion durable des terres et d’intensification agricole au plus grand nombre de producteurs cibles de l’appui du PACES, cette série de visites commentées a débuté le lundi 14 octobre 2019 par le village de Rouko dans la Province du Bam
Neuf jours durant, l’équipe chargée de piloter ces visites a sillonnée plusieurs villages. Les visites se sont bouclées par la localité de Kinkilma dans la Province du Kourwéogo. Plus tôt, ce sont des champs dans les villages de Nioniogo, Zitenga et Laongo, dans l’Oubritenga, Gantodogodans le Sanmatenga, Boulsa dans le Nanmatenga, Séguédéghin dans le Kourwéogo qui ont été visités. En moyenne, plus d’une centaine de producteurs étaient présents par sites.

Il s’agissait pour l’équipe du projet commis à cette tâche :
– De présenter l’effet du zaï, de l’utilisation de la semence améliorée, de la matière organique et des engrais minéraux sur la productivité agricole ;
– d’échanger avec les producteurs sur les technologies porteuses ;
– Et de susciter l’adoption des technologies de gestion durable et intensive des terres agricoles.
Deux cultures à savoir les variétés de sorgho Kapelga et de maïs Barka ont été utilisées pour trois technologies proposées en comparaison avec la pratique du producteur. 

Il s’agissait des :
– Cordons pierreux + zaï + Fumure organique
– Cordons pierreux + zaï + Fumure organique + Urée
– Cordons pierreux + zaï + Fumure organique + Urée +NPK
– Cordons pierreux + zaï + Pratique du producteur.
Des technologies prometteuses, selon les producteurs !
D’une localité à l’autre, les bénéficiaires des retombées de ces technologies sont unanimes. La différence entre les parcelles ayant béneficiées de ces technologies et celles des pratiques traditionnelles du producteur est nette. « Les technologies démontrées sont vraiment une solution pour l’amélioration de notre productivité », a dit Mr Birba Jeremy, le producteur ayant mené le test à Zitenga. En effet, il apparait clairement dans tous les sites ayant fait l’objet de visite commentée que la pratique paysanne est largement en dessous des trois autres parcelles.
Mieux encore, Mr Yaméogo Augustin a pu, grâce aux technologies prônées par le projet, faire un champ de maïs dans le village de Boulsa, chose qui était impensable, aux dires de certains producteurs sur place. D’après eux, la localité ne produisait jamais du maïs auparavant. Cela apparait donc comme un ouf de soulagement pour les habitants de Boulsa.
Quoi de plus normal, si le Directeur du Centre de Recherches Environnementales et Agricoles (CREAF) de Kamboinsè, le Dr Korodjouma Ouattara, présent sur les sites, a exhorté les producteurs à l’adoption de ces technologies pour améliorer leur productivité.
En rappel, le PACES a entrepris avec l’Institut de l’Environnement et de Recherches Agricoles (INERA), la vulgarisation d’options de gestion durable des sols et d’intensification agricoles simples. Elle s’est traduit par la mise en place et le suivi avec les producteurs bénéficiaires des cordons pierreux, de tests de démonstration.
C’est dans l’intention de toucher le plus grand nombre de producteurs et d’échanger sur les technologies porteuses, que ces visites commentées ont été organisées. Le projet est coordonné au sein de l’INERA par le Dr Sermé Idriss. Il collabore avec des structures en lien avec l’agriculture telles que le Ministère de l’Agriculture et des Aménagements Hydrauliques (MAAH) et ses structures déconcentrées, la Direction Générale des Aménagements Hydrauliques et du Développement de l’Irrigation (DGADHI) et certaines associations de producteurs pour qu’à jamais, les producteurs du Burkina Faso puissent améliorer leur productivité agricole.
Quelques temps forts des visites 

Nous suivre aussi sur Facebook, Twitter et Youtube

Flavie

Journaliste/Blogueuse, PDG de Jolina's Com, structure de communication/événementiel, Directrice de Publication du Miroir de l'Info. Chargée de la Communication au sein de la Direction Régionale de Recherches Environnementales et Agricoles de l'Ouest, Burkina Faso, Bobo-Dioulasso. Directrice Artistique du Festival de Musiques et Danses Africaines (FEBAANOU)

Voir tous les articles de Flavie →